Search
Close this search box.
The-panafrica-Final

Comment concilier les cultures africaines et la mondialisation : les esclaves des Amériques ont beaucoup à nous apprendre

601
Facebook
Twitter
Pinterest
WhatsApp

Le 18 décembre 2023, le gouverneur Mohammed Umaru Bago de l’État du Niger, dans le centre-nord du Nigeria, a interdit aux fonctionnaires de l’État de porter des robes amples, connues localement sous le nom de kaftan ou babanriga, pendant les heures de travail, indiquant que “les fonctionnaires ne sont autorisés à porter que des tenues anglaises pendant les jours ouvrables”, sauf le vendredi. Bien que cette directive ait suscité de vives réactions de la part du public, elle s’inscrit dans le cadre de l’adoption générale des langues européennes (en particulier l’anglais et le français) pour l’enseignement universitaire et les affaires publiques dans toute l’Afrique, tout en reléguant au second plan les langues africaines comme des “langues vernaculaires”. À mon avis, les débats sur les lacunes de l’Afrique en matière de préservation de son patrimoine culturel et, par extension, de défense de son mode de vie, rappellent l’expérience des personnes et des communautés réduites en esclavage dans les Amériques, qui offre des leçons inestimables en matière de préservation culturelle dans un système international qui se mondialise trop vite.

Résister à l’assimilation culturelle

La traite transatlantique des esclaves a constitué un chapitre extrêmement sombre de l’histoire de l’humanité. Dans les économies coloniales britanniques de l’Atlantique Sud et des Caraïbes – qui dépendaient exclusivement des travailleurs esclaves provenant principalement des marchés d’esclaves d’Afrique centrale et occidentale – la préservation de l’identité culturelle des Africains asservis dans les Amériques a été un élément clé de la résistance à l’assimilation culturelle. Elle témoigne également de leur résistance, de leur créativité et de leur capacité d’adaptation. Dans son article publié par les Presses de l’Université de Chicago, R. L. Watson attribue la survie d’une grande partie de cette culture, entre autres, à la proportion des Noirs par rapport aux Blancs, à l’organisation et au fonctionnement des plantations, et à la prédominance des environnements ruraux. Mais au-delà de ces facteurs, la volonté de résister à l’assimilation culturelle, qui semble absente dans de nombreux pays africains aujourd’hui, a été déterminante. En dépit d’un environnement de travail oppressant et difficile, les Africains réduits en esclavage ont trouvé divers moyens de maintenir leurs pratiques culturelles, leurs traditions, leurs langues, leurs religions et leurs valeurs. Les traditions orales, la langue et la communication, la musique et la danse, les pratiques religieuses, l’artisanat et les arts, le maintien de la culture dans les festivals du Nouveau Monde, la résistance et la rébellion, entre autres, sont autant de moyens interconnectés par lesquels les communautés africaines asservies ont préservé leurs identités culturelles en Amérique.

Le rôle central de la culture dans la résistance à la violence de l’esclavage et du colonialisme

Alors que les Africains d’aujourd’hui semblent vouloir rejeter leur héritage culturel, les Africains réduits en esclavage dans les Amériques ont fait le choix inverse. Par exemple, ils ont utilisé les traditions orales pour transmettre leur culture, leurs valeurs et leur histoire d’une génération à l’autre. Les traditions orales englobent les contes, les récits populaires, les proverbes et les histoires orales. Après avoir été chassées de leurs maisons ancestrales, ces communautés n’avaient que des souvenirs de leur mode de vie, alors qu’elles étaient confrontées à un avenir incertain et à des conditions de vie atroces. Les traditions orales ont donc été utilisées pour conserver les connaissances ancestrales, qui englobent les croyances spirituelles, les pratiques médicinales, les techniques agricoles et les valeurs communautaires. Ainsi, les traditions orales ont été déployées comme une forme de résistance à l’aliénation culturelle et aux conditions d’oppression imposées par l’esclavage. Le partage des histoires, des chants et des rituels a favorisé un sentiment de communauté et d’appartenance parmi les communautés asservies des Amériques. Il suffit de dire que les traditions orales ont joué un rôle central dans la réalisation et la préservation de leur intégrité culturelle.

Ces Africains réduits à l’esclavage, issus de divers milieux ethnolinguistiques et culturels, ont également été capables de créer un mélange de cultures harmonieux. Les traditions orales ont joué un rôle essentiel dans cette synchronisation des cultures avec les  influences indigènes, européennes et autres, permettant ainsi l’émergence de nouvelles identités tout en préservant les éléments essentiels de leurs origines. En effet, la préservation de l’héritage culturel au sein des communautés asservies était une interaction complexe de diverses formes de langage et de communication. Si de nombreux Africains réduits en esclavage ont été contraints d’apprendre et d’utiliser l’anglais, ils ont conservé leurs langues maternelles grâce à des processus de créolisation. Les langues créoles, dérivées des langues pidgin, ont émergé de la fusion des langues africaines avec l’anglais et d’autres langues européennes. Elles ont permis aux communautés asservies de communiquer clandestinement et de préserver des éléments de leur patrimoine linguistique. Les langues créoles, telles que le gullah dans le sud-est des États-Unis ou le papiamento dans les Caraïbes, sont devenues des outils essentiels pour la communication et la préservation de la culture au sein de ces communautés. Le mélange des éléments des cultures africaines avec les nouvelles influences du Nouveau Monde a conduit au développement de pratiques syncrétiques qui ont fusionné les traditions africaines avec les cultures européennes et indigènes. Les communautés d’esclaves ont également développé des langages secrets, des expressions symboliques, des codes et des signaux pour communiquer secrètement, éviter d’être repérés par les esclavagistes, partager des informations sur les itinéraires de fuite, avertir des dangers imminents ou organiser des actes de résistance. En d’autres termes, les communautés asservies ont créé des expressions culturelles uniques qui ont servi de forme de résistance et d’affirmation identitaire.

Non seulement ces communautés ont utilisé la musique et la danse pour préserver leurs pratiques culturelles africaines, mais elles ont également utilisé la musique et la danse comme outils de résistance. Elles ont inspiré des révoltes, comme en témoignent des événements tels que la rébellion de Stono en Caroline du Sud, où les tambours ont joué un rôle en signalant et en motivant les dissidents à agir. Comme les tambours, certaines chansons contenaient des messages cachés ou des instructions, tandis que les mouvements de danse pouvaient signifier des plans ou des avertissements. Les chansons sur la liberté, la libération et la résistance étaient des hymnes qui alimentaient l’esprit de rébellion et d’action collective. Dans les limites de l’esclavage, la musique et la danse offraient un réconfort, exprimaient la résistance et maintenaient un sens de la communauté. La culture musicale a évolué vers différents genres, tels que le blues, le jazz, le gospel et divers rythmes afro-caribéens, qui ont profondément influencé la musique américaine contemporaine.

La musique et la danse font également partie intégrante des pratiques spirituelles d’origine africaine telles que le vodou en Haïti ou le candomblé au Brésil. Par le biais de chansons, de chants et de danses spirituels, les communautés réduites en esclavage ont pu entrer en contact avec les esprits de leurs ancêtres et ont cherché à obtenir leur protection dans des conditions traumatisantes. En célébrant les mariages, les naissances, les funérailles et d’autres événements importants de la vie par la musique et la danse, elles ont affirmé leurs valeurs culturelles, leurs croyances et leurs traditions, tout en s’adaptant à de nouvelles circonstances. En résumé, Richard C. Rath a expliqué comment la musique africaine d’origine angolaise et koromanti a perduré dans les Antilles, en particulier en Jamaïque, au cours du XVIIe siècle. L’étude suppose que les titres de chaque morceau de musique remettent en question toute affirmation selon laquelle tout était perdu dans le processus d’asservissement des Africains.

Les communautés africaines réduites en esclavage ont également utilisé leurs pratiques religieuses, issues du mélange du christianisme et des croyances religieuses indigènes, pour préserver leur identité afro-culturelle. Ces pratiques religieuses, qui sont la conséquence des négociations complexes des esclaves avec les paysages politiques, culturels, juridiques, sociaux et religieux des Amériques, témoignent non seulement de la richesse de leur patrimoine culturel, mais aussi de leur résistance durable. En effet, la cohésion communautaire garantie par ces rassemblements religieux a également catalysé la résistance à l’oppression en leur permettant de planifier des révoltes, de partager des informations et d’organiser des évasions.

En outre, les communautés réduites en esclavage dans le Nouveau Monde utilisaient des cérémonies et des festivals pour préserver leur patrimoine culturel et créer un sentiment d’appartenance à la communauté. Dans le cadre de ces festivals, les Africains réduits en esclavage ont apporté diverses traditions et pratiques culturelles (telles que les pratiques culinaires) de leurs régions respectives d’Afrique. Au fil du temps, ils ont adapté ces traditions en utilisant des ingrédients locaux, ce qui a donné lieu à l’émergence de variantes linguistiques distinctes comme le créole, le gullah et le cajun, qui reflètent un mélange d’influences africaines, européennes et indigènes. Les techniques culinaires, les épices et les saveurs africaines ont également influencé le développement de traditions culinaires distinctes dans les Amériques, notamment la “soul food” dans le sud des États-Unis ou la cuisine bahianaise au Brésil. Ces expressions culturelles ont non seulement servi de mécanismes de résistance à l’assimilation culturelle, mais ont également jeté les bases des paysages culturels riches et diversifiés qui existent aujourd’hui dans les Amériques.

Les communautés d’esclaves des colonies britanniques ont vécu l’une des périodes les plus tumultueuses de l’histoire de l’humanité. Malgré les conditions horribles qu’elles ont endurées, elles ont fait preuve d’une résilience remarquable. La préservation de leur patrimoine culturel n’était pas un simple acte passif, mais une tentative provocatrice et intentionnelle de maintenir leur identité, de résister à l’oppression et de favoriser un sentiment de communauté et d’appartenance. Cette expérience offre des leçons inestimables pour l’Afrique d’aujourd’hui, soulignant l’importance de résister à l’assimilation culturelle que les élites africaines semblent si désireuses d’imposer à leur peuple. En tirant parti de ces enseignements, l’Afrique peut renforcer son patrimoine culturel, favoriser l’unité et la solidarité, vaincre le néocolonialisme sous ses diverses formes et relever les défis mondiaux contemporains en tant qu’acteur international enraciné dans sa riche histoire et ses traditions.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Support The Pan African Review.

Your financial support ensures that the Pan-African Review initiative achieves sustainability and that its mission is shielded from manipulation. Most importantly, it allows us to bring high-quality content free of charge to those who may not be in a position to afford it.

You Might Also Like