Search
Close this search box.
The-panafrica-Final

Tinubu pourra-t-il briser le cercle vicieux de la corruption au Nigeria sans coup férir?

588
Facebook
Twitter
Pinterest
WhatsApp

Le président Bola Ahmed Tinubu a lancé une nouvelle offensive contre la corruption, en envoyant un signal fort aux personnes chargées de la gestion de l’État pour leur faire comprendre que les choses ne se passent plus comme avant. Mais cela exige un effort considérable et un prix élevé à payer pour changer la perception souvent biaisée de la guerre anti-corruption au Nigeria.

Le prix à payer est le risque d’être accusé de dictateur. Déjà, l’image compliquée de l’organe d’État – la Commission des crimes économiques et financiers (EFCC) – qu’il déploie jette un doute sur la crédibilité de la lutte.

Cependant, contre toute attente, Tinubu a remporté quelques victoires, avec des félicitations émanant même de ses détracteurs. La ministre des Affaires humanitaires et de la lutte contre la pauvreté, BettaEdu, a été sanctionnée pour un délit jusqu’alors considéré comme sans importance. Betta Edu a été suspendue, le président avertissant qu’il n’y a pas d’intouchables dans la nouvelle guerre.

Edu, l’une des membres les plus jeunes du cabinet, a demandé dans un mémo qui a été divulgué et qu’elle a adressé au Bureau du comptable général de la Fédération, que la somme de 585,2 millions de nairas soit versée via un compte privé. Cet argent était destiné à être déboursé pour les Nigérians vulnérables dans le cadre du programme d’investissement social du ministère. De telles fraudes étaient auparavant ignorées, du moins par le gouvernement. Par exemple, le gouvernement nigérian de l’ex-président Muhammadu Buhari a déboursé environ 10 milliards de nairas sur 165 comptes privés en 2022 sans que personne n’ait sourcillé.

Mais quelques jours après le début de la controverse, désormais appelée « EduGate », le président a suspendu la ministre et a ordonné une enquête approfondie sur les recettes passées de l’Agence nationale des programmes d’investissement social (NSIPA), supervisée par le ministère, tout en gelant les activités de l’agence. La suspension de la NSIPA, qui gère le N-Power, le Programme de transfert conditionnel d’argent, le Programme d’entreprise et d’autonomisation du gouvernement et le Programme d’alimentation scolaire à domicile, est cruciale pour se pencher sur les décaissements controversés de l’administration précédente, qui ont été condamnés pour leur manque de transparence.

Dans de nombreux cas, l’opposition a accusé le parti au pouvoir, le All Progressives Congress (APC) – le parti que Tinubu a cofondé et qui l’a élu lors des dernières élections – d’utiliser le programme de transfert d’argent comme un leurre pour acheter des voix. Mme Edu, ancienne responsable nationale des femmes de l’APC sur laquelle M. Tinubu comptait pour mobiliser les électrices en sa faveur l’année dernière, est actuellement interrogée par l’EFCC sur son rôle dans la mauvaise gestion du fonds du programme social. D’autres personnes font actuellement l’objet d’une enquête, notamment Halima Shehu, coordinatrice nationale de la NSIPA, ainsi que la prédécesseure d’Edu et fervente partisane de l’APC, Sadiya Umar Farouq.

L’EFCC et le réseau complexe de la corruption

L’EFCC a été créée en 2003 en tant qu’agence principale dans la guerre anti-corruption du Nigeria. Mais quelques années plus tard, une icône littéraire, Okey Ndibe a écrit que l’agence, avec son chef et la tête d’affiche de la lutte contre la corruption du pays, Nuhu Ribadu semble trop liée à l’Aso Rock, cherchant constamment à obtenir du président des directives ‘’sur les personnes à enquêter et à poursuivre et sur celles qu’il faut laisser en liberté”. De nombreuses autres critiques ont accusé l’ancien président Olusegun Obasanjo d’avoir créé l’organe principalement pour mettre en œuvre son programme de troisième mandat. Face à l’échec de la campagne d’accaparement du pouvoir, les détracteurs d’Obasanjo à l’Assemblée nationale se sont moqués de l’EFCC pour son incapacité à enquêter sur une allégation de 50 millions de nairas versés à leurs collègues pour qu’ils votent en faveur d’un plan.

Ribadu, l’homme aux multiples secrets sur l’élite nigériane, et d’autres dirigeants ultérieurs de l’EFCC, ont été accusés d’être trop proches de l’élite politique pour s’acquitter de leurs tâches sans crainte ni faveur. Les politiciens eux-mêmes ont rejeté la responsabilité de l’opérationnalisation et de la personnalisation des agences anti-corruption. Même le créateur de la Commission, Obasanjo, est entré dans la danse lorsqu’il a remis en question les qualifications de celle qui a succédé à Ribadu, Farida Waziri, pour le poste. Entre autres insinuations, l’ex-président a déclaré que Waziri avait été recrutée par James Ibori, un homme politique nigérian qui purgeait à l’époque une peine d’emprisonnement de 13 ans au Royaume-Uni pour fraude.

Comme prévu, l’ex-patron de l’EFCC a répliqué au général à la retraite devenu politicien et a mis en garde l’ancien président contre le fait de la pousser à s’ouvrir sur le dossier des secrets qu’elle détient sur lui, même si elle a objecté que “la capacité à être utilisée pour chasser les sorcières des ennemis politiques dans la poursuite enragée d’un agenda de troisième mandat n’a jamais fait partie des qualifications pour la nomination en tant que président de l’agence anti-graisse”.

Tinubu hérite d’une guerre compliquée

Le trio Obansajo, Waziri et Ibori, dans le contexte de la question de la direction de l’EFCC et du processus de recrutement, sous-tend le réseau complexe de la corruption au Nigeria. Ibori a été gouverneur sous la bannière du Peoples Democratic Party (PDP), un parti politique qu’Obasanjo a dirigé de facto pendant près de 16 ans, jusqu’à ce qu’il se brouille avec son fils politique, Dr Goodluck Jonathan, avant les élections générales de 2015, et déchire sa carte de membre dans un renoncement théâtral au parti.

A l’issue de la décision britannique, Ibori a perdu une maison à Hampstead d’une valeur de 2,2 millions de livres, une propriété de 311 000 livres à Shaftesbury, un manoir de 3,2 millions de livres à Sandton, en Afrique du Sud, une flotte de Range Rovers blindés d’une valeur de 600 000 livres, une Bentley Continental GT de 120 000 livres ainsi qu’une Mercedes-Benz Maybach 62 qu’il a achetée pour 407 000 euros en espèces et expédiée dans son manoir en Afrique du Sud. L’homme politique, qui aurait poursuivi son rôle de parrain de la politique de l’État du Delta, a acquis ces biens et bien d’autres sous la double présidence d’Obasanjo et de l’EFCC, mais la couverture de l’État lui a été retirée lorsqu’il s’est brouillé avec Jonathan, ce qui a conduit à son arrestation à Londres.

D’autre part, Mme Waziri a été confrontée à une allégation selon laquelle elle se serait portée garante d’un ancien gouverneur et secrétaire du gouvernement de la Fédération (SGF), George Akume, lorsqu’il a été arrêté par l’EFCC pour des allégations de corruption, moins de six mois avant qu’elle ne soit nommée présidente de l’EFCC. Mme Waziri a rejeté cette allégation, mais un média l’a accusée de mentir et a révélé les détails du document qu’elle a signé pour obtenir le passeport d’Akume auprès de l’EFCC. Le rapport a également affirmé que l’ancien président avait obtenu sa confirmation en soudoyant le Sénat.

La déclaration annonçant la suspension des programmes d’intervention sociale et des personnes chargées de leur gestion a été publiée par le bureau occupé par le même Akume, ce qui en dit long sur l’ampleur et la complexité de la corruption officielle au Nigeria, à laquelle M. Tinubu veut mettre fin. La suspension d’Edu a été saluée par Peter Obi, le plus fervent critique du président et candidat du parti travailliste aux élections de l’année dernière.

Toutefois, le risque de s’aliéner ses associés politiques n’est qu’un des aspects du prix énorme que Tinubu devra payer pour lutter contre la corruption au-delà des discours habituels. Le président, qui porte la toge d’un démocrate, pourrait également devoir accepter l’étiquette d’un dictateur, comme l’ont déjà allégué les proches de Godwin Emefiele, l’ancien gouverneur de la Banque centrale du Nigeria (CBN) et d’autres personnes faisant l’objet d’un procès pour corruption.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Support The Pan African Review.

Your financial support ensures that the Pan-African Review initiative achieves sustainability and that its mission is shielded from manipulation. Most importantly, it allows us to bring high-quality content free of charge to those who may not be in a position to afford it.

You Might Also Like