The-panafrica-Final

Thabo Mbeki : Qui a dit libération ?

Un panafricanisme libre devrait avoir les moyens de mettre fin aux guerres civiles en Afrique et de protéger les Africains contre les tyrans corrompus et génocidaires qui utilisent encore le nom de libération de l'Afrique pour monopoliser les économies et les politiques de leurs pays à des fins d'enrichissement personnel
874

Le 30 mars 2023, l’ancien président sud-africain, Thabo Mbeki, a fait le procès de l’ANC et de lui-même dans une lettre éloquente adressée au vice-président, Paul Mashatile, avec copie à un certain nombre d’autres dirigeants du plus ancien mouvement de libération d’Afrique. Dans cette lettre, Mbeki exprime sa profonde inquiétude concernant une série de décisions de l’Assemblée nationale en faveur desquelles l’ANC a voté, décisions qui, de toute évidence, entravent la démocratie, le constitutionnalisme, la responsabilité, la transparence et la bonne gouvernance en Afrique du Sud (qui sont les idéaux mêmes sur lesquels l’ANC a été fondé), au lieu de les favoriser. En conséquence, l’ANC a perdu ses valeurs fondatrices et lui-même en passant d’un mouvement de libération à un parti politique partisan et intéressé, et les promesses de libération n’ont pas été tenues. C’est une tragédie dans le système mondial actuel.

Le procès du Congrès national africain

L’orientation actuelle des votes de l’ANC, observe Mbeki, semble viser à préserver les dirigeants de l’ANC et le mouvement au pouvoir au lieu d’approfondir le constitutionnalisme et l’État de droit dans le pays. En d’autres termes, Mbeki accuse l’ANC d’aller à l’encontre de son éthique fondamentale et de son identité en tant que mouvement de libération centré sur le peuple. Selon la lettre, l’ANC poursuit désormais une politique partisane qui valorise ses dirigeants et ses héros, et lui-même, au détriment de sa responsabilité morale envers le peuple sud-africain, un principe qui sous-tend la position du mouvement depuis de nombreuses décennies, dans la conviction qu’après tout, “le peuple doit gouverner”.

Mbeki a décrit de manière laconique comment “la relation entre l’ANC et les masses de notre peuple, ainsi que le rôle de l’ANC en tant que principal défenseur des acquis de la révolution, y compris la Constitution (1996)” ont été intentionnellement et par négligence mis en danger par les dirigeants du mouvement. Les tentatives de balayer les allégations de corruption sous le tapis et de protéger les dirigeants individuels de toute enquête semblent avoir contraint les dirigeants de l’ANC à voter d’une manière très inquiétante, qui se moque de la constitution du pays et va à l’encontre des valeurs fondatrices du mouvement de libération.

Mbeki est contrarié par le fait que les partis politiques de l’opposition, dont certains n’en sont qu’à leurs débuts et d’autres sont hostiles aux objectifs de la libération depuis le début, semblent aujourd’hui être les défenseurs de la constitution et les champions de la révolution à l’Assemblée nationale, alors que les dirigeants de l’ANC s’abaissent à de sournoises fourberies qui font de la politique un jeu sale et non pas la vocation de libération qu’elle devrait être. Au lieu de la “volonté de vivre” qui devrait conduire les mouvements de libération à étendre les acquis de la libération au peuple, l’ANC, comme l’a observé Mbeki, a été rattrapé par une volonté de puissance dévorante de type nietzschéen qui laisse dans son sillage des sacrifices, des trahisons et des tragédies.

A bout de nerfs, Mbeki demande au mouvement : “Pourquoi prenons-nous des mesures qui font le jeu des forces contre-révolutionnaires ? “Pourquoi prenons-nous des mesures qui font le jeu des forces contre-révolutionnaires ?  Possédé par le “fétichisme du pouvoir”, le plus ancien mouvement de libération d’Afrique semble saisi d’une sorte de pulsion de mort au profit des ennemis de la libération. Cette tendance à la pulsion de mort des mouvements de libération en Afrique n’aurait rien d’inquiétant si, dans leur mort, ils ne descendaient pas dans la tombe avec des destins nationaux et continentaux. En suivant les mouvements de libération, depuis leur naissance jusqu’à leur déclin actuel, en passant par les luttes armées, les Africains ont investi leur vie, leurs espoirs et leur foi dans la promesse d’une libération qui n’a pas encore été concrétisée. Il n’est peut-être pas exagéré de dire qu’à l’heure actuelle, certains pays africains ont un besoin urgent d’être libérés des cultes politiques vampiriques qui étaient autrefois des mouvements de libération. Les problèmes de l’ANC décrits par Mbeki ne sont que la partie émergée de l’iceberg titanesque que constituent les mouvements de libération africains qui ont été dévoyés et se sont retournés pour empirer la situation des Africains qu’ils étaient censés libérer.

En clair, Mbeki tente de provoquer un débat interne au sein de l’ANC afin de rappeler à la direction du parti les objectifs libératoires fondateurs du mouvement qui ont été sacrifiés sur l’autel de l’opportunisme politique. Il reste à voir si la direction actuelle du mouvement répondra à l’appel de Mbeki. Ce que l’on peut d’ores et déjà constater, c’est que la lettre de Mbeki doit être lue par le MPLA en Angola, Chama Cha Mapinduzi en Tanzanie, ZANU-PF au Zimbabwe, FRELIMO au Mozambique et tous les autres mouvements de libération au pouvoir sur le continent qui n’ont actuellement pas de réponses fortes aux questions importantes auxquelles le continent est confronté. Dans son observation des mouvements de libération, du Congrès national indien de 1885 à l’ANC de 1912, Immanuel Wallerstein a noté que ces mouvements n’ont pas réussi à être libérateurs parce qu’ils ne sont pas parvenus au pouvoir selon leurs propres termes. Ils ont obtenu une indépendance politique compromise et compromettante. Ce qui a encore plus compromis ces mouvements, c’est qu’ils ont hérité de systèmes et de modes de gouvernance coloniaux qui allaient toujours les éloigner des masses africaines. Face à des masses désillusionnées et en colère, ils se tournent vers les forces extérieures et les partis politiques d’opposition pour les rendre responsables de chacun de leurs échecs. En Afrique, au lieu de retrouver la voie perdue de la libération, les mouvements de libération ont formé de formidables solidarités entre eux pour conserver le pouvoir par tous les moyens nécessaires et inutiles, et pour se protéger mutuellement de la colère des masses désabusées. L’appel désespéré de Mbeki est une tâche herculéenne qui consiste à ramasser les morceaux épars des monuments qui s’écroulent.

Les paradoxes et la précarité de l’Afrique

Deux paradoxes tenaces ponctuent la condition africaine. Ce sont ces paradoxes qui définissent la position précaire du continent dans le système mondial actuel. Avant d’examiner les paradoxes, jetons d’abord un coup d’œil sur la monstruosité de l’ordre mondial actuel, qui se manifeste aujourd’hui par le retour des superpuissances et leurs anciennes exigences en matière de sphères d’influence. L’Afrique fait l’objet d’une lutte des plus modernes et les pays africains sont appelés à démontrer leur appartenance à tel ou tel camp. C’est un monde à part et les camps sont de retour. Dans leur impuissance, la plupart des pays africains font semblant d’être politiquement neutres en encourageant un règlement négocié de la guerre en Ukraine. L’Afrique, plusieurs décennies après l’indépendance politique de ses pays, reste un objet impuissant et terrifié au sein du système mondial. L’Afrique est terrifiée à l’idée de prendre une position indépendante, de la même manière que les Africains avaient peur du virus et des vaccins en pleine pandémie du COVID-19. L’Africain est ce sujet fragile du système mondial qui craint à la fois les maladies et les remèdes parce que l’histoire du monde est, depuis longtemps, une histoire de blessures.

Le fait que le continent soit le plus riche en ressources naturelles alors que les Africains sont les plus pauvres est le premier paradoxe. L’autre paradoxe est que les luttes de libération menées par les mouvements de libération africains contre les régimes coloniaux de colonisation et d’exploitation n’ont pas abouti à la libération des pays africains, mais ont seulement donné naissance à des indépendances politiques compromises et compromettantes. Combinés, ces deux paradoxes simples mais non simplistes font du continent africain un sujet pour le moins troublant.

La façon dont les grands rêves africains de libération du colonialisme se sont transformés en cauchemars postcoloniaux de non-liberté économique, de pauvreté et de malheur profond doit nous inquiéter parce que la libération est toujours une aspiration pour nous. Achille Mbembe a décrit avec force la condition africaine comme une “postcolonie” où les cadavres du colonialisme insistent pour ressusciter chaque fois qu’ils sont enterrés, revenant hanter le continent. Parallèlement aux fantômes du colonialisme, l’élite politique africaine postcoloniale a réduit les politiques et les économies du continent au “domaine des ivrognes” qui pratiquent la corruption et la tyrannie comme dans un véritable théâtre macabre. L’Afrique postcoloniale semble être sortie d’une poêle à frire du colonialisme occidental pour entrer dans le feu du colonialisme autochtone.

D’autres interlocuteurs, parmi lesquels des universitaires et leurs cousins les journalistes, ont amplifié le point de vue selon lequel ce que les gens considèrent comme des problèmes africains nécessitant des solutions africaines sont en fait des problèmes mondiaux qui ont été imposés à l’Afrique à travers l’histoire violente de la colonisation et de l’impérialisme. Ce que nous pouvons observer comme la question continentale africaine, ce sont les défis durables de l’indépendance politique qui n’a pas conduit à la libération et la richesse des ressources naturelles qui n’a pas conduit au bonheur des Africains. Par conséquent, l’un des points de départ de la recherche de réponses solides à ces grandes questions africaines consiste à examiner le rôle de ces mouvements de libération africains, dont la plupart, en particulier en Afrique australe, sont toujours au pouvoir.

Ces mouvements sont arrivés au pouvoir et n’ont pas réussi à compléter ce pouvoir par la responsabilité promise de répondre aux aspirations des Africains qui souffrent depuis longtemps. Ils sont devenus un pouvoir sans gloire. Le manque de responsabilité envers les masses africaines, associé à leur impuissance au sein du système mondial, fait de ces mouvements de libération et des gouvernements qu’ils dirigent un phénomène troublant. Dans l’Afrique d’aujourd’hui, les mouvements de libération ne sont pas seulement en crise, ils sont également jugés pour avoir trahi les promesses de libération et dégénéré en cultes politiques monstrueux dont les Africains doivent être libérés de toute urgence. Le ZANU-PF au Zimbabwe, par exemple, est devenu un régime colonial autochtone qui se maintient au pouvoir par la force et la fraude. Des prophètes entreprenants sont promus ambassadeurs, Dieu et l’or sont réduits à un pot-pourri bizarre alors que le pays est littéralement dévoré par l’élite dirigeante, dont certains sont devenus plus riches que le pays tout entier.

La promesse de la libération de l’Afrique a peut-être été résumée dans l’exhortation lapidaire de Kwame Nkrumah aux Africains : “Cherchez d’abord le royaume politique et tout s’ajoutera à vous” : “Cherchez d’abord le royaume politique, et tout vous sera donné par surcroît”. Cependant, plusieurs décennies après que les pays africains, l’un après l’autre, ont cherché et obtenu l’indépendance politique, et atteint le royaume politique, les Africains attendent toujours que “toutes les choses” soient ajoutées. À la place de “toutes choses”, ce qui a été ajouté aux Africains, ce sont des monstruosités sous la forme de pauvreté, d’inégalités sociales croissantes, de tyrannies, de corruption, de xénophobie, d’homophobie, de violence fondée sur le genre et de féminicide, et d’autres drames qui réduisent les rêves des masses Africaines à néant. Plus dramatique encore est la réduction récente du continent africain à une sphère d’influence circonscrite sur laquelle les superpuissances se bousculent et se démènent pour en prendre le contrôle. Les mouvements de libération n’ont pas réussi à unir l’Afrique en une force économique et politique solide, capable de négocier une place puissante au sein du système mondial.

La nécessité d’un panafricanisme indépendant

Le panafricanisme, en tant que philosophie de l’unité et de la libération africaines, a été vidé de son contenu et réduit à l’unité des dirigeants politiques qui se protègent de leurs peuples en colère. La philosophie de l’unité africaine s’est effondrée en une idéologie du pouvoir, un slogan dans les rassemblements des partis politiques et un mot à la mode dans les couloirs des universités qui n’a rien à apporter à l’expérience quotidienne de la complexité des réalités africaines. Ainsi, les mouvements de libération et leurs dirigeants sont en crise et à l’épreuve alors que le système mondial dans lequel l’Afrique est enchevêtrée, voire capturée, est mis à l’épreuve par une escalade de la guerre qui menace d’exploser en une Troisième Guerre mondiale. C’est à ce moment-là que l’Afrique a le plus besoin d’un leadership libérateur. C’est le moment où l’Afrique a besoin d’un panafricanisme réellement indépendant capable de résister à la réduction du continent à une sphère d’influence de l’Ouest ou de l’Est. Ce panafricanisme libre devrait avoir les moyens de mettre fin aux guerres civiles en Afrique et de protéger les Africains contre les tyrans corrompus et génocidaires qui utilisent encore le nom de libération de l’Afrique pour monopoliser les économies et les politiques de leurs pays à des fins d’enrichissement personnel. Ne pas avoir réussi à libérer l’Afrique est déjà une mauvaise chose, mais dégénérer en un régime colonialiste autochtone, comme l’ont fait la ZANU-PF et d’autres, est encore pire pour l’Afrique. L’idée pourrait même traverser l’esprit d’un Africain que les mouvements de libération africains pourraient peut-être redevenir héroïques en se suicidant politiquement pour permettre la naissance de mouvements alternatifs qui pourraient enfin arracher la libération de l’Afrique au système colonial mondial moderne.

Facebook
Twitter
Pinterest
WhatsApp

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Support The Pan African Review.

Your financial support ensures that the Pan-African Review initiative achieves sustainability and that its mission is shielded from manipulation. Most importantly, it allows us to bring high-quality content free of charge to those who may not be in a position to afford it.

You Might Also Like