Search
Close this search box.
The-panafrica-Final

Pour que l’AfCFTA tienne ses promesses, l’UA doit protéger les secteurs stratégiques de l’Afrique de la concurrence déloyale

924

La création de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA) promet des opportunités et des avantages socio-économiques incalculables pour les Africains. Toutefois, la perspective de supprimer les barrières commerciales pour les produits fabriqués en Afrique au sein de ce marché unique nouvellement créé a suscité des inquiétudes parmi certains États membres de l’Union africaine (UA), principalement en ce qui concerne la manière dont la concurrence économique entre les États sera organisée. Si ces préoccupations méritent d’être prises en considération, la protection de la zone de libre-échange africaine contre la concurrence déloyale ou la prédation de l’extérieur de l’Union mérite encore plus d’attention. Les raisons pour lesquelles cet aspect est crucial devraient être évidentes.

Pour ce, l’Afrique doit éviter de répéter à l’échelle continentale les erreurs commises au niveau national lors de l’imposition des programmes d’ajustement structurel dans les années 1980. À l’époque, les États africains ont cédé aux pressions des gouvernements et des institutions financières de l’Occident et ont accepté de se retirer totalement ou en grande partie des secteurs stratégiques de l’économie sous couvert de libéralisation, réduisant ainsi le soutien financier aux entreprises publiques ou conduisant à leur fermeture . Il va sans dire que ces politiques inspirées par l’Occident ont eu des effets négatifs sur les économies africaines.

Tout d’abord, la privatisation à laquelle les États africains ont consenti a conduit à la réduction de la participation des Africains au développement économique de leurs pays. En effet, non seulement les investisseurs étrangers qui ont été – et sont toujours – favorisés dans ce processus ont surpassé les investisseurs africains en termes de possibilité de lever des capitaux, mais ils ont également bénéficié d’incitatifs économiques (baux fonciers, impôts réduits, droits de monopole, subventions et prêts préférentiels, etc.). Dans un tel contexte, l’exigence de supprimer les subventions aux entreprises publiques et d’ouvrir les économies africaines à la concurrence a en fait conduit à subventionner les entreprises étrangères. Ce n’était pas – et ce n’est toujours pas – ce qu’on peut appeler une concurrence loyale.

Ensuite, la privatisation, dans ce cas, signifiait que : 1) les ressources naturelles africaines et les moyens de production économique étaient abandonnés au contrôle des investisseurs étrangers ; 2) les pays africains étaient privés de revenus par le biais d’exonérations fiscales et d’évasion fiscale ; et 3) les économies africaines ont été privées de l’effet multiplicateur dont elles auraient bénéficié si les revenus accumulés par les investisseurs avaient été réinvestis sur le continent au lieu d’être rapatriés dans leurs pays d’origine. Ces problèmes ont été aggravés par l’incapacité des États africains à créer suffisamment d’emplois pour la jeunesse africaine, l’argument selon lequel l’investissement direct étranger entraîne la création d’emplois devenant de plus en plus un mythe. En effet, le problème du chômage en Afrique est directement imputable à l’effondrement de l’industrialisation, qui est directement lié au passage à la privatisation et à l’investissement direct étranger au lieu d’investir dans la croissance de l’entrepreneuriat national. De toute évidence, l’effondrement des entreprises paraétatiques n’a pas permis la croissance du secteur privé africain et la création d’emplois comme prévu ; les dirigeants africains ont plutôt donné les ressources de l’Afrique à des acteurs extérieurs, sans pratiquement rien en retour. Il est clair que si les dirigeants d’aujourd’hui veulent vraiment profiter des avantages promis par l’AfCFTA, ces pratiques d’auto-sabotage doivent être reconsidérées.

En outre, la non-participation de l’État dans des secteurs critiques de l’économie signifiait que les économies africaines ne pouvaient pas bénéficier de la recherche et de l’innovation soutenues par les muscles financiers de l’État. Au lieu de cela, les Africains ont été trompés en pensant que le secteur privé devait diriger les efforts de recherche et d’innovation – une idée qui ne résiste pas à une analyse poussée quand on regarde de près comment les choses se passent dans la plupart des pays développés. Comme le souligne Mariana Mazzucato dans son livre The Entrepreneurial State : Debunking Public vs. Private Sector Myths, “Tous les changements technologiques majeurs de ces dernières années ont été financés en grande partie par l’État”.  À titre d’exemple, Mme Mazzucato note que “les Instituts nationaux de la santé ont dépensé près de mille milliards de dollars depuis leur création pour la recherche qui a donné naissance aux secteurs pharmaceutique et biotechnologique – les investisseurs en capital-risque n’ayant pénétré dans le secteur biotechnologique qu’une fois le tapis rouge déroulé dans les années 1980”.

L’observation de Mazzucato peut également être faite pour les technologies de l’information et de la communication, qui sont dominées par des sociétés privées américaines travaillant sur les bases posées par des milliers de millions de dollars de fonds publics consacrés à la recherche par leur ministère de la défense (DoD). Dans le même ordre d’idées, les petites entreprises et les start-ups sont, de temps à autre, invitées à participer à des projets innovants financés par le DoD. En fait, l’emprise des entreprises américaines sur ce secteur – et au niveau mondial – est telle que les appels se multiplient pour que l’Union Européenne (UE) crée quelques grandes entreprises bénéficiant d’un soutien public afin de multiplier les opportunités scientifiques et technologiques et de concurrencer la domination des États-Unis.

L’ironie de la chose est qu’au moment où les États africains sont sommés par le biais des conditionnalités des agences multilatérales, de se retirer de l’économie et de cesser de subventionner leurs entreprises au nom de la libéralisation, les pays développés font le contraire dans tous les secteurs économiques jugés stratégiques dans la vie de leurs nations. Par conséquent, à moins que l’Afrique ne fasse de même pour ses propres secteurs stratégiques (que les États membres de l’UA devraient collectivement protéger, soutenir et financer), le marché unique que nous voulons créer sera dominé par des sociétés étrangères. Cette situation étouffera une fois de plus les industries et les entreprises africaines naissantes, tandis que ces sociétés étrangères rapatrieront, comme toujours, leurs bénéfices chez elles – fuite des capitaux oblige !

Quels sont donc les secteurs économiques stratégiques de l’Afrique ? On peut penser à trois grandes catégories, à savoir les télécommunications et les transports, l’alimentation et l’agriculture, l’énergie et les ressources naturelles. La pandémie de Covid-19 a obligé l’Afrique à faire face à la réalité de sa propre vulnérabilité en ce qui concerne la fabrication (ou le manque de fabrication) d’équipements médicaux, de médicaments et de vaccins. On espère que la guerre entre la Russie et l’Ukraine est une autre expérience révélatrice qui éveillera les dirigeants africains à nos autres vulnérabilités – les dangers qui pèseraient sur le continent si les puissances de l’ordre mondial devenaient ouvertement hostiles et décidaient, pour une raison ou une autre, d’exercer des pressions sur l’Afrique. Et cela pourrait arriver plus tôt qu’on ne le pense !

La nourriture et l’énergie sont vitales pour la survie de toute Nation, sans parler d’un continent de 1,3 milliard d’habitants, tout comme les communications et les transports. Déjà, la crise alimentaire mondiale actuelle a été instrumentalisée pour pousser l’Afrique à prendre parti dans le conflit, et alors que les Européens ont discrètement levé les interdictions sur le charbon russe, les pays africains qui avaient l’intention d’acheter du pétrole russe sont menacés de sanctions par les États-Unis.

En ce qui concerne les infrastructures de télécommunications, par exemple, en mars 2022, on a pu noter avec inquiétude la demande de l’Ukraine à l’ICANN (l’organe directeur de l’Internet) de fermer les domaines Internet russes. Bien que cette demande n’ait pas été acceptée, elle soulève des questions sur ce qui se passerait si l’Afrique était la cible de telles tactiques de guerre technologique. Le fait est que l’Afrique est mal équipée pour faire face à de telles menaces pour sa sécurité, que ce soit individuellement ou collectivement en tant que pays.

On peut dire la même chose de nos réseaux de transport. Pour le commerce maritime, l’Afrique s’appuie encore sur des sociétés à capitaux étrangers pour ses exportations et importations, aucun pays africain ne figurant parmi les 35 premières nations propriétaires de navires en 2017. Quant au transport aérien, malgré la présence de multiples transporteurs aériens nationaux, l’Afrique n’a toujours pas atteint une couverture complète car certaines liaisons entre pays africains nécessitent de passer par l’Europe ou le Moyen-Orient avant de revenir en Afrique. L’énigme des transports et des télécommunications doit être résolue en priorité si les Africains veulent profiter pleinement de leur marché unique.

L’un des moyens de relever ces défis consiste, pour les pays africains, à soutenir collectivement les entreprises africaines qui ont démontré leur savoir-faire et leur potentiel de croissance dans leur domaine et, par le biais de la consolidation, à en faire des entités plus fortes, capables de rivaliser avec les meilleures entreprises du monde.

Il existe des précédents pour de tels efforts. Le différend qui oppose l’UE et les États-Unis depuis 17 ans au sujet d’Airbus et de Boeing montre bien que le soutien de l’État aux secteurs stratégiques est primordial pour que les entreprises africaines puissent se développer et être compétitives sur la scène mondiale. Il convient de noter qu’Airbus a été enregistré en tant que société européenne plutôt que française et qu’il a bénéficié du soutien collectif de l’UE sous la forme de subventions, ce qui peut être reproduit pour les meilleures entreprises africaines dans les secteurs stratégiques. De la même manière, la guerre économique actuelle menée par les États-Unis contre le chinois Huawei dans la course aux technologies 5G est un autre exemple de la manière dont les États protègent leurs propres industries contre la concurrence extérieure, même sous de faux prétextes.

En fait, même dans le domaine de l’agriculture et de la production alimentaire, nous devons garder à l’esprit que l’UE, la Chine et les États-Unis (trois entités économiques majeures) subventionnent tous leurs agriculteurs, ce qui empêche les agriculteurs africains de rivaliser avec leurs produits agricoles bon marché.

Tout cela pour dire qu’il serait illogique que l’Union africaine ne protège pas notre marché unique et les économies de ses membres comme le font d’autres entités économiques pour leurs populations et leurs États membres. Ce qui vaut pour l’un vaut aussi pour l’autre. Toutefois, pour que l’Union africaine soit efficace, les États africains doivent avoir une approche diplomatique et sécuritaire globale cohérente avec la défense de leurs intérêts communs, au moins sur ces questions d’importance stratégique.

Les enjeux sont importants. Si nous ne parvenons pas à protéger notre marché unique et nos économies, l’espace aérien unique de l’Afrique sera dominé par des transporteurs aériens étrangers ; notre marché unique sera inondé de produits agricoles étrangers déversés sur nos côtes par des navires étrangers ; notre accès aux informations essentielles (voire à l’internet lui-même) et notre capacité à communiquer dépendront des caprices d’une société basée aux États-Unis, etc… la liste des catastrophes imminentes pourrait être longue. Si cela n’est pas effrayant, je ne sais pas ce qui pourrait l’être plus. En d’autres termes, une approche globale de la sécurité et de la diplomatie africaines est nécessaire si l’une des initiatives importantes telles que l’AfCFTA doit transformer le continent et ses habitants.

Facebook
Twitter
Pinterest
WhatsApp

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Support The Pan African Review.

Your financial support ensures that the Pan-African Review initiative achieves sustainability and that its mission is shielded from manipulation. Most importantly, it allows us to bring high-quality content free of charge to those who may not be in a position to afford it.

You Might Also Like