Search
Close this search box.
The-panafrica-Final

L’OTAN, la Russie et l’Afrique : Les leçons de la Guerre froide tirées du Mouvement des Non-Alignés

586
Facebook
Twitter
Pinterest
WhatsApp

Pendant les quatre décennies qu’a duré la guerre froide, aucune balle n’a été tirée sur les territoires des deux parties en conflit, les États-Unis et l’ex-Union soviétique. Leurs territoires étaient à l’abri des nombreux conflits meurtiers en Afrique dans ce que l’on a appelé les “guerres par procuration”. Dans de nombreux cas, la crise du développement de l’Afrique qui a immédiatement suivi l’indépendance a été liée à l’ingérence incontrôlée de l’URSS et des États-Unis dans les affaires intérieures du continent à l’époque de la guerre froide. Pour minimiser les dommages collatéraux de la guerre froide, les nations africaines et asiatiques ont formé le Mouvement des Non-alignés (MNA), une organisation dont les membres visaient à prendre leurs distances par rapport à la guerre idéologique des superpuissances mondiales.

Dans le contexte des tensions croissantes auxquelles l’Afrique est confrontée aujourd’hui à la suite de l’invasion de l’Ukraine par la Russie, nous soutenons ici que l’adoption d’une position de non-alignement servira, à long et à court terme, les intérêts géostratégiques de l’Afrique bien davantage que le fait de prendre parti pour l’une ou l’autre des parties en crise.

L’OTAN, le Pacte de Varsovie et l’Afrique

La Guerre froide était l’hostilité qui s’est développée après la Seconde Guerre mondiale entre les États-Unis et leurs alliés, d’une part, et l’Union soviétique et ses alliés, d’autre part. La Guerre froide était exactement ce qu’elle était : une guerre caractérisée par une hostilité froide et durable entre l’ancienne Union soviétique et les États-Unis.

Les Soviétiques étaient des communistes convaincus que leur idéologie devait dominer le monde. Ils cherchaient à étendre le communisme au monde entier. Les dirigeants soviétiques protégeaient fortement les territoires qu’ils contrôlaient en Europe de l’Est et ont mis en place des gouvernements communistes très forts dans toute la région.

Les Américains et les Britanniques, ultra-capitalistes, craignaient quant à eux la domination permanente de l’Union soviétique en Europe de l’Est et l’avancée du communisme en Europe de l’Ouest.

Les pays d’Europe occidentale et les États-Unis ont formé l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord en 1949 pour renforcer la coopération militaire et la défense collective contre l’URSS. Les Soviétiques ont ensuite formé le Pacte de Varsovie en 1955, qui regroupait les pays communistes européens d’Europe centrale et orientale.

L’expansion de leur sphère d’influence mondiale était cruciale pour les deux nations dans le conflit. L’un des principaux moyens de réaliser cette ambition consistait à recruter des gouvernements amis dans des pays moins avancés, dont les territoires pouvaient être utilisés pour accueillir une guerre nucléaire ou dont les citoyens pouvaient être mobilisés dans le cas d’une guerre conventionnelle. L’Afrique était un terrain fertile pour les ambitions de leadership mondial de l’URSS et de l’OTAN.

De la colonisation à la domination des superpuissances

La fin de la Seconde Guerre mondiale et les pertes massives en vies humaines et les destructions qu’elle a entraînées ont marqué le début d’une période d’introspection en Europe sur l’injustice de la colonisation.  En outre, de nombreux Africains s’affirmaient et réclamaient activement leur indépendance vis-à-vis des Européens. Au même moment, les États-Unis et l’URSS, qui n’avaient pas de colonies, voulaient une part du gâteau africain et poussaient à l’indépendance. Soudain, les Africains qui voulaient l’indépendance disposaient de plateformes pour exprimer leurs revendications.

En outre, la Seconde Guerre mondiale ayant épuisé de nombreuses ressources humaines et matérielles en Europe, la poursuite de la colonisation en Afrique, pour toutes les raisons mentionnées, est devenue insoutenable. L’indépendance a été accordée aux pays africains, souvent avec un minimum de soutien économique et autre de la part de leurs anciens colonisateurs. Les États-Unis et l’Union soviétique sont intervenus pour combler le vide laissé par les anciens colonisateurs.

Sans contrôle, les États-Unis et l’ex-Union soviétique ont ouvertement et excessivement interféré et contrôlé les économies politiques de nombreux pays d’Afrique, au sud du Sahara. Dans l’ombre, leurs services secrets ont planifié et exécuté des guerres, des coups d’État, des contre-coups, des insurrections, des crises économiques et à peu près toutes les stratégies susceptibles de déstabiliser les États africains. L’objectif était d’assurer la domination et le contrôle. Des centaines de milliers d’Africains ont été tués dans les guerres de la crise du Congo (1960-1965), de la guerre de l’Ogaden (1977-78), de la guerre civile angolaise (1975-2002), de la guerre de la frontière sud-africaine et de la guerre d’indépendance de la Namibie (1966-1990), pour n’en citer que quelques-unes. Des dirigeants africains progressistes tels que Patrice Lumumba  du Congo, Kwame Nkrumah du Ghana, Thomas Sankara du Burkina Faso et d’autres ont été tués, renversés ou emprisonnés. Les superpuissances ont pris plusieurs mesures ouvertes et secrètes pour s’assurer que les économies africaines restent dépendantes du bloc occidental ou oriental dans le conflit.

Le Mouvement des Non-Alignés

Pour éviter d’être pris dans le feu croisé de la Guerre froide qui a embrasé le monde, certains pays d’Afrique et d’Asie se sont réunis pour former le Mouvement des Non-Alignés (MNA). Lors de sa première réunion à Bandung, en Indonésie, les pays ont décidé de se désolidariser du conflit idéologique Est-Ouest.

Comme condition préalable à l’adhésion, les nations du Mouvement des Non-Alignés n’étaient pas autorisées à être membres d’une alliance militaire multilatérale (telle que l’OTAN) ou à négocier un accord militaire bilatéral avec l’une des superpuissances. En outre, l’équité était – et reste – le mot d’ordre parmi les États membres du Mouvement des Non-Alignés, où tous les membres ont le même poids, contrairement à ce qui se passe aux Nations Unies.

Les États membres du Mouvement des Non-Alignés ne sont pas des spectateurs passifs des affaires mondiales, mais de fervents partisans et défenseurs de l’autodétermination qui s’opposent fermement à toutes les formes d’impérialisme. Ce mouvement est devenu un terme générique permettant aux pays en développement de se rassembler pour faire valoir leurs intérêts et avoir un impact sur les affaires mondiales en dehors du thème dominant de la Guerre froide.

Contrairement au Pacte de Varsovie, qui a été dissous en même temps que le reste de l’URSS, le Mouvement des Non-Alignés est resté fonctionnel jusqu’à cette date. Bien que la fin de la guerre froide ait conduit l’organisation à réévaluer sa pertinence dans les affaires mondiales, le Mouvement continue à défendre l’interdépendance, le respect mutuel de toutes les nations et la fin de l’impérialisme.

L’Afrique et le conflit en Ukraine

Dans la guerre actuelle entre la Russie et l’Ukraine, où les deux parties au conflit et leurs alliés ont des griefs historiques et contemporains l’une envers l’autre, l’Afrique peut invoquer son appartenance au Mouvement des Non-Alignés pour maintenir un terrain d’entente dans sa réponse au conflit. Maintenir une position intermédiaire ne signifie pas rester muet sur l’aspect humanitaire de la crise, en mettant l’accent sur la situation des Africains en Ukraine. Toutefois, ces déclarations doivent être tempérées par la diplomatie et un message clair sur ce qu’elle espère obtenir, à savoir la protection de la vie civile. Rien dans ces déclarations ne doit indiquer une opinion ou un point de vue sur l’une ou l’autre partie de la crise en cours.

Les Africains ne devraient pas, comme le préconise le Mouvement des Non-Alignés, laisser l’actuel conflit entre la Russie et l’Ukraine les dissuader de se concentrer sur leur quête de progrès économique, social et politique, indépendamment des querelles entre les nations. Les conversations en Afrique et par les Africains doivent continuer à être centrées sur la croissance et le développement du continent, plutôt que d’être éclipsées par le conflit actuel entre les superpuissances. Après tout, de graves injustices à l’encontre de l’Afrique ont été perpétuées par toutes les parties au conflit russo-ukrainien et par leurs partisans. S’aligner sur l’une ou l’autre des parties ne fera qu’engendrer des conséquences encore plus graves pour l’Afrique.

Support The Pan African Review.

Your financial support ensures that the Pan-African Review initiative achieves sustainability and that its mission is shielded from manipulation. Most importantly, it allows us to bring high-quality content free of charge to those who may not be in a position to afford it.

You Might Also Like