Search
Close this search box.
The-panafrica-Final

Les valeurs Ubuntu à travers le regard du professeur Sulayman Nyang

Il avait une qualité que l'on voit rarement chez l'homme et qui disparaît de plus en plus : le désir de former et d'encadrer les jeunes
594
Facebook
Twitter
Pinterest
WhatsApp

Lorsque nous parlons d'”Ubuntu” en tant que valeurs africaines qui devraient sous-tendre le panafricanisme et guider les choix que nous faisons collectivement en tant qu’Africains, nous ne devrions pas oublier de souligner comment ces mêmes valeurs enrichissent l’esprit humain et inspirent ceux qui nous entourent lorsqu’elles sont adoptées au niveau individuel. Mais qu’est-ce que cela signifie concrètement ? Nous avons tous dans notre vie quelqu’un qui incarne ces valeurs. Le professeur Sulayman Nyang a été cette personne pour nous.

Le 10 août 2023 aurait été le 79e anniversaire du professeur Nyang, qui a enseigné les deux auteurs à l’université Howard. Dans la vie, le professeur Nyang était connu pour son profond respect de l’esprit humain, qu’il se manifeste sous la forme d’un homme, d’une femme, d’un jaune, d’un noir, d’un chrétien, d’un musulman ou d’un autre. Le professeur Nyang était dévoué à l’humanité. A ses yeux, un être humain est un être humain, premièrement, deuxièmement, troisièmement et surtout, avant d’être membre d’une quelconque communauté, de professer une quelconque croyance ou de s’aligner sur une quelconque affiliation. Sa vision non-réductionniste de l’humanité est un chemin peu emprunté par beaucoup, et c’est ce que des chercheurs de fond souhaitent comprendre.

Chercheur en religion engagé et intellectuel afro-centriste, le professeur Nyang se sentait à l’aise, aimé et respecté en présence de chaque être humain qu’il rencontrait. C’est ce sentiment qu’il transmettait spontanément à tous ceux qui croisaient son chemin.

Le professeur Sulayman peut être qualifié à la fois de progressiste et de traditionaliste. En tant que progressiste, il considérait et célébrait les réalisations humaines avec une grande fierté. Les réalisations scientifiques, technologiques et autres, qu’elles proviennent de l’Est ou de l’Ouest, qu’elles soient chrétiennes ou musulmanes, blanches ou noires, représentaient un grand pas en avant pour l’humanité tout entière. Dans ses écrits et ses discours, le professeur Nyang reconnaissait à l’Occident le mérite d’avoir “contribué de manière incommensurable au développement et à l’enrichissement de l’humanité”. Cependant, il recommandait vivement et respectueusement à l’Occident de préserver ce progrès en s’efforçant de converger plutôt que de diverger comme c’est le cas aujourd’hui.

La position du professeur Nyang était que l’Occident devait contribuer à l’édification d’une véritable civilisation humaine par l’incorporation de l’assortiment d’éléments que constituent “les divers codes moraux de l’humanité”.

Le côté plus traditionnel du professeur Sulayman s’est manifesté de plusieurs façons. Dans sa personnalité, il avait l’image d’un ancien africain déifié, du genre de ceux qui s’assoient sous le baobab, très estimé et indispensable à sa communauté. À une époque où le capitalisme à outrance menace de détourner les nobles intentions de nombreux universitaires, le professeur Sulayman n’a pas été touché, comme s’il opérait dans un autre domaine. Il n’y avait chez lui aucune trace d’avidité, de recherche du profit, d’égoïsme ou de compétition.

Tout ce que le professeur Sulayman a fait, il l’a fait pour le progrès de l’humanité, à commencer par sa communauté immédiate. Il a parcouru le monde, souvent sans rémunération, donnant des conférences, jetant des ponts, apaisant les parties lésées et nourrissant l’espoir d’une coexistence pacifique de l’humanité.

Panafricaniste qui encourageait tout le monde, y compris ceux de sa confession, à être panafricain, le professeur Nyang a écrit un jour dans un article que l’islam et le panafricanisme ne sont pas des idéaux opposés. En effet, pour les croyants abrahamiques d’origine africaine, le panafricanisme peut servir de voie pour réaliser la promesse faite à Abraham. Abraham s’est vu promettre un héritage de nations, le panafricanisme vise à renforcer les liens entre les Africains du monde entier en vue d’améliorer leur bien-être général et de construire une nation d’Africains dignes à l’échelle mondiale.

À une époque où son pays d’accueil considérait la montée de l’islam radical comme des activités “insensées” de quelques fanatiques, les écrits du professeur Nyang tentaient d’apporter un éclairage logique sur la montée de l’islam radical dans le monde, en mettant l’accent sur l’Afrique. Il a apporté d’énormes contributions à l’ensemble des travaux sur le militantisme islamique, le terrorisme international et la guerre mondiale contre le terrorisme menée par les États-Unis, ainsi que des idées profondes sur la place de l’Afrique dans un système international en mutation.

Le professeur Sulayman embrassait sans limite l’esprit humain, ce qui se manifestait par l’énergie égalitaire qu’il déployait dans la salle de classe envers ses étudiants, parmi les professeurs, les collègues, les connaissances, ses confrères, les étrangers et tous ceux qui le rencontraient. Tant qu’un être humain se tenait devant lui ou interagissait avec lui, le professeur Nyang donnait le meilleur de lui-même. Il n’y avait pas une once de jugement, de stéréotype, de colère ou d’agressivité en lui.

Bien qu’il ait passé une grande partie de son temps en Occident depuis l’âge de 24 ans environ, le Dr Nyang était un Africain jusqu’au bout des ongles. C’était un intellectuel à part entière, issu de la grande tradition des griots de Gambie. Son africanité ne l’a jamais quitté. Chaque fois qu’il voyait de jeunes Africains, le Dr Nyang était désireux de les inspirer. Il se reconnaissait dans les jeunes Africains [il était lui-même parti étudier aux États-Unis dans sa jeunesse]. Il avait une qualité que l’on voit rarement chez l’homme et qui disparaît de plus en plus : le désir de former et d’encadrer les jeunes, de leur dire qu’ils peuvent réaliser leurs rêves. Pour lui, c’était naturel. Il disait toujours : “Tu seras grand”. Il était facile de penser que l’on allait devenir grand lorsque l’on était proche du Dr Nyang. Il ne se contentait pas de vous dire que vous seriez formidable, il vous donnait les outils pour le devenir – quelle que soit la signification de cette expression pour la mission de vie d’une personne. Il s’assurait d’apporter sa propre contribution et de laisser une marque sur vous. Pour cela, sa vie était digne d’émulation, comme une boussole morale pour l’humanité et en particulier pour les jeunes Africains.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Support The Pan African Review.

Your financial support ensures that the Pan-African Review initiative achieves sustainability and that its mission is shielded from manipulation. Most importantly, it allows us to bring high-quality content free of charge to those who may not be in a position to afford it.

You Might Also Like