The-panafrica-Final

Les progrès du Rwanda sont-ils réels ou s’agit-il d’un simple jeu de relations publiques ?

1326

De temps en temps, on lit sur les médias sociaux que les progrès du Rwanda n’existent pas dans la réalité et que les histoires rapportées sur le pays ne sont que de simples opérations de relations publiques. Les commentateurs font souvent référence à l’existence d’une “machine de relations publiques” qui vendrait ostensiblement le ” matraquage médiatique”. Mais c’est un mythe. J’en sais assez pour dire que les relations publiques du Rwanda sont mauvaises. Si elles étaient bonnes, l’histoire du Rwanda serait une source d’inspiration pour les Africains qui s’interrogent sur la façon de façonner la direction que prend leur pays. À leur tour, ils s’identifieraient à ce pays comme étant le leur.

L’histoire remarquable du Rwanda est souvent victime des discussions sur le PIB, avec les moqueries de ceux qui prétendent que son maigre PIB par habitant est la preuve que rien de spécial ne se passe dans le pays et que tout n’est que du matraquage médiatique. Le PIB par habitant du Rwanda (825 dollars) n’est pas impressionnant. Dans ce domaine, le pays est en compagnie d’autres pays africains tels que l’Ouganda (885 $), le Kenya (2250 $), la Tanzanie (1100 $) et le Burundi (222 $).

Utilisé comme référence, le PIB raconte une histoire superficielle d’un pays et de son parcours de transformation. C’est pourquoi, comme pour toute bonne histoire, le contexte est important. La croissance du PIB mesure la productivité d’un pays cumulée au fil du temps. Cela implique une base de référence. Pour les pays africains, il est courant que la base de référence soit la période d’autonomie et d’indépendance pour mesurer les efforts nationaux après le “départ” des colonisateurs. Les années 1960 constituent donc un repère important pour savoir à partir de quand les Africains sont partis de “rien”.

1962 est l’année où le Rwanda est parti de rien. Mais si 1962 marque un point zéro, alors la description de la société rwandaise faite par l’ambassadrice Christine Nkulikiyinka en 1994 caractérise un point de départ inférieur à zéro.

“Plus d’un million de citoyens ont été tués et deux millions d’autres sont devenus des réfugiés, principalement dans les pays voisins. Environ 300 000 enfants sont devenus orphelins, la plupart d’entre eux se retrouvant dans le rôle de parents pour leurs frères et sœurs plus jeunes. Environ 250 000 femmes sont devenues veuves, beaucoup d’entre elles ayant subi des violences sexuelles innommables de la part des assassins de leurs proches. Les caisses de l’État ont été vidées par le régime génocidaire en fuite et 92 % du budget du pays dépendaient de l’aide internationale. L’inflation était galopante, atteignant 60 % en 1995, tandis que les infrastructures du pays étaient pratiquement inexistantes. Il n’y avait quasiment pas d’eau courante, pas d’électricité, pas de lignes téléphoniques en état de marche, pas d’écoles, pas d’hôpitaux ou de centres de santé”.

Cette ampleur de destructions a donné naissance à une conscience nationale rwandaise qui prend 1994 comme référence pour mesurer les progrès de la nation. On pourrait également parler d’une double conscience qui fait la distinction entre l’ordre ancien sous-tendu par une vieille idéologie, à laquelle certains voudraient s’accrocher, et le nouvel ordre émergent auquel adhère sans réserve une jeune génération, une histoire sur laquelle nous reviendrons un autre jour.

Il y a lieu de penser que la destruction génocidaire qu’a connue le Rwanda est ce que l’Afrique du Sud a évité en 1994 lorsqu’elle a décidé de construire sur les bases de l’apartheid plutôt que de détruire sa société et d’être confrontée à la nécessité de la reconstruire à partir de zéro. S’ils avaient connu une destruction totale, les chiffres du PIB par habitant de l’Afrique du Sud ne seraient peut-être pas si différents de ceux du Rwanda aujourd’hui.

Ce que disent les chiffres du PIB

En 2016, j’ai vu un journaliste ougandais, Andrew Mwenda, jeter un coup d’œil aux chiffres du PIB et affirmer : “Les choses que fait le Rwanda ne peuvent pas être expliquées parmi les nations de revenus semblables”.  Il a souligné la capacité du Rwanda à en faire plus avec son argent en matière de prestation de services publics que n’importe quel autre pays avec des revenus comparables.

Il a expliqué plus en détails : “Le gouvernement du Rwanda cherche sa légitimité principalement dans la prestation de biens et de services publics”, citant l’eau potable, les bonnes routes, les soins de santé universels et l’éducation, parmi d’autres biens publics que le pays est en mesure d’offrir à sa population. Ces services sont disponibles grâce à la “voie coûteuse” que le Rwanda a choisi d’emprunter, mais que d’autres pays dans la même situation évitent. Alors que les gouvernements de nombreux pays pauvres prennent le raccourci de la stabilité en “recherchant la légitimité par la cooptation des chefs religieux et ethniques”, le Rwanda a accepté de payer le prix en refusant d’être pris en otage par des groupes d’élite – ethniques, régionaux, religieux ou autres.

C’est pourquoi, selon Mwenda, le pays est régulièrement cité comme l’un des pays les mieux gérés et les plus sûrs du monde, aux côtés de pays plus riches tels que le Qatar, Singapour, la Finlande et d’autres. Cette prise de conscience a été possible grâce à un phénomène inhabituel : la mesure des progrès qui sont occultés par l’obsession des chiffres du PIB. Si Mwenda n’avait pas été un visiteur régulier et intellectuellement curieux du Rwanda, il aurait facilement rejeté la place du Rwanda parmi ces pays, présentant ce classement comme étant le fruit de la machine de relations publiques à l’œuvre.

Il est étonnant que la machine de relations publiques du Rwanda n’ait pas insisté sur ces réalisations pendant toutes ces années.  Si elle avait existé, cela aurait certainement été quelque chose à souligner ad nauseam aux critiques intellectuellement paresseux armés des chiffres du PIB comme base de leur évaluation de l’ampleur des progrès réalisés par le Rwanda depuis 1994. Voici donc la preuve que ladite machine de relations publiques n’est rien d’autre qu’un mythe populaire. Mais ce n’est pas tout.

De grandes aspirations

Le Rwanda a également des aspirations audacieuses, peut-être trop audacieuses pour un pays dans sa situation, comme certains le disent. De toute évidence, son PIB suggère qu’il ne devrait pas penser, et encore moins rêver, de construire ce qui sera probablement le plus grand aéroport d’Afrique, un circuit de Grand Prix, une infrastructure MICE pour attirer des conférences d’envergure mondiale. Elle ne devrait pas non plus s’associer à des marques mondiales telles que des clubs de football de renommée mondiale (Arsenal et PSG) et des associations sportives (BAL) pour soutenir son tourisme et son industrie sportive naissante, ou à des géants pharmaceutiques tels que BioNTech pour construire des installations de fabrication de bout en bout qui produiront des vaccins pour le continent. Doit-elle construire des hôpitaux ultramodernes pour devenir un centre régional de traitement des maladies non transmissibles telles que le cancer ? Ses forces armées devraient-elles intervenir dans des zones de conflit telles que la République centrafricaine et le Mozambique afin de contribuer à la paix régionale et de renforcer la coopération intra-africaine ? Doit-elle investir massivement dans des projets d’irrigation et des stratégies d’atténuation du changement climatique ? Les critiques ne manquent pas pour affirmer que ces projets ne sont rien d’autre qu’un gaspillage d’argent, destiné davantage à des fins de relations publiques qu’au bénéfice des Rwandais ordinaires.

L’ampleur de la destruction infligée au pays par le génocide aurait dû briser son esprit. Au contraire, elle a nourri un remarquable sentiment d’urgence et de clarté d’objectif, rarement associé aux pays sous-développés, à l’exception peut-être de la Chine, de Singapour, du Viêt Nam et d’autres pays similaires. Ces pays ont enregistré des progrès exponentiels plutôt que linéaires. Bien que le Rwanda n’ait pas de tels chiffres de PIB, les progrès qu’il a enregistrés face à une destruction monumentale ont engendré un sentiment de croyance dans ce qui est possible. “Si nous pouvons faire autant de progrès en 30 ans, imaginez où nous serons dans 50 ans”, disent certains avec un profond sentiment d’assurance. Ils voient dans ces grandes ambitions l’assurance que, comme ces pays asiatiques, le Rwanda est lui aussi capable d’une progression exponentielle plutôt que linéaire.

Elle donne aux gens la certitude que l’avenir de leurs enfants les verra vivre une vie meilleure et que tout ce qu’ils ont à faire est de jouer leur rôle dans la poursuite de ce rêve. Les générations plus âgées sont déjà investies émotionnellement et matériellement. Il n’est pas surprenant que le Rwanda soit l’un des premiers pays d’Afrique où les jeunes qui étudient à l’étranger rentrent chez eux après l’obtention de leur diplôme et où d’autres membres de la  diaspora reviennent vivre et investir .

Il s’agit d’un pari sur soi concernant l’avenir. Ce n’est pas dans les chiffres du PIB que l’on trouvera ce type d’inspiration. L’histoire du Rwanda devrait inspirer les Africains ayant des aspirations similaires. Malheureusement, ce n’est pas le cas actuellement. Ce que l’on constate dans certains cas, c’est qu’elle déclenche de la négativité parmi les Africains qui devraient autrement s’identifier à elle et chercher à l’imiter.

Il est important de reconnaître que cette histoire se déroule dans un pays dont les ressources matérielles et humaines sont faibles. L’élément le plus important à cet égard est la faiblesse de ses compétences, qui résulte en partie de son système éducatif, qui continue de lutter pour trouver ses marques, sans oublier que des milliers de personnes qualifiées ont été tuées pendant le génocide, tandis que d’autres ont fui le pays.

Récemment, le politologue Frederick Golooba-Mutebi a fait remarquer que “ce qui s’est passé au Rwanda est la preuve d’une pensée créative de la part du FPR et de ses partenaires politiques. Ce sont des leçons que nous autres Africains devrions tirer du Rwanda.  Ces leçons ne sont pas faciles à tirer car elles impliquent un plus grand défi, tout un processus de désapprentissage de ce que nous pensons savoir sur la bonne gouvernance et la démocratie”. Le processus de reconnaissance des progrès du Rwanda exige de remettre en question les prescriptions étrangères, généralement condescendantes, en matière de développement, de démocratie et de droits de l’homme.

Pourtant, l’histoire des grandes opportunités du Rwanda restera incomplète tant elle n’inspire pas le reste de l’Afrique à voir grand. S’il y avait eu une opération de relations publiques cohérente, cette histoire de possibilités aurait résonné sur tout le continent. Cela dit, aucune opération de relations publiques ne peut faire mieux qu’un effort intellectuel de la part des Africains pour découvrir par eux-mêmes ce qui se cache derrière le dénigrement agressif, par les médias occidentaux, les ONG et même les universitaires, des pays en développement qui choisissent de poursuivre leurs ambitions selon leurs propres termes.

Lorsque vous rencontrez des nuées de Rwandais sur les médias sociaux qui font preuve d’un empressement remarquable à combattre tous ceux qui remettent en question ou rejettent ce grand rêve ou qui ne cessent d’attaquer les personnes qui en sont à l’origine, il ne s’agit pas d’une quelconque machine à l’œuvre. S’il y avait eu une machine de relations publiques, les Rwandais qui osent rêver aux côtés de leurs dirigeants n’auraient pas eu à prendre sur eux de défendre les intérêts de leur pays comme ils le font.

 

 

Facebook
Twitter
Pinterest
WhatsApp

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Support The Pan African Review.

Your financial support ensures that the Pan-African Review initiative achieves sustainability and that its mission is shielded from manipulation. Most importantly, it allows us to bring high-quality content free of charge to those who may not be in a position to afford it.

You Might Also Like