Search
Close this search box.
The-panafrica-Final

Les dons de nourriture en provenance de l’Ukraine, déchirée par la guerre, seront-ils un signal d’alarme pour l’Afrique ?

Il est incompréhensible que des pays africains, en particulier des géants comme le Nigeria, dépendent de l'aide alimentaire et des dons de l'Ukraine, pourtant déchirée par la guerre, pour nourrir leur population
1123
Facebook
Twitter
Pinterest
WhatsApp

Le 22 mars 2023, le ministre nigérian de l’agriculture et du développement rural, Mohammed Abubakar, a dévoilé le projet du gouvernement d’ouvrir une plate-forme céréalière dans l’État de River, au Nigeria, afin de recevoir 25 000 tonnes de blé en provenance d’Ukraine. Pour de nombreux Africains qui se respectent, cette annonce était embarrassante. Il était incompréhensible que des pays africains, en particulier des géants comme le Nigeria, dépendent de l’aide alimentaire et des dons de l’Ukraine, pourtant déchirée par la guerre, pour nourrir leur population. Cette situation souligne la nécessité urgente de développer et d’utiliser pleinement les capacités de l’agriculture africaine afin d’assurer la sécurité alimentaire sur le continent. La manière d’y parvenir est évidente.

Le Nigeria est un pays riche en ressources humaines et naturelles. Le pays s’étend sur une masse continentale de 923 768 km², avec une superficie de terres arables de 34 millions d’hectares et une population de plus de 200 millions d’habitants. La superficie et la population du Nigeria constituent une ressource énorme dont il faut tirer parti pour produire suffisamment de nourriture pour sa population et pour l’exporter vers d’autres parties du continent et au-delà. Un pays comme le Vietnam (pays en développement d’Asie), qui compte environ la moitié de la population du Nigeria et un tiers de sa superficie, est considéré comme autosuffisant en termes de disponibilité et de sécurité alimentaires, et est également un important exportateur de denrées alimentaires vers le reste du monde.

Les progrès du Vietnam dans ce domaine sont à mettre au crédit des politiques agricoles de l’État, telles que : a) la résolution n° 63/NQ-CP de 2009, b) la restructuration de la politique du secteur agricole en 2020 et c) le plan d’action national 2011-2020 sur la nutrition, qui visaient à renforcer la capacité de la nation en matière de recherche scientifique et de vulgarisation, à assurer une croissance de 20 % de la production agricole pour la sécurité alimentaire nationale et à parvenir à la sécurité nutritionnelle d’ici 2030. Le Nigeria et d’autres pays d’Afrique peuvent étudier, adapter et appliquer certains aspects de ces politiques dans leur contexte.

L’augmentation de la production alimentaire et la réalisation de la sécurité alimentaire au Nigéria et en Afrique nécessitent quelques mesures importantes. Tout d’abord, les pays africains doivent au minimum s’engager à respecter les principes de la Déclaration de Malabo de 2014 en réservant au moins 10 % de leur budget national annuel à l’agriculture. À ce jour, “sur les quarante-neuf (49) États membres qui ont rendu compte des progrès accomplis dans la mise en œuvre de la Déclaration de Malabo au cours du cycle d’examen biennal 2019, seuls quatre pays (le Rwanda, le Maroc, le Mali et le Ghana) sont en bonne voie pour réaliser les engagements de Malabo d’ici 2025”, selon les rapports.

Par exemple, selon un rapport du Business Day, le Nigeria a alloué 228,4 milliards de nairas au secteur agricole en 2023, ce qui représente seulement 1,05 % du budget total de 21,83 billions de nairas approuvé pour l’année. Il s’agit de l’allocation la plus faible depuis sept ans, alors que l’on prévoit que près de 25 millions de Nigérians risquent de souffrir de la faim en 2023. Il n’est pas alors étonnant que l’Ukraine, déchirée par la guerre, ait dû intervenir, ce qui est une honte historique compte tenu de la masse de terre largement sous-utilisée, de la capacité agricole et des ressources humaines abondantes du Nigéria. Il est clair que le Nigeria doit cesser de se contenter de belles paroles en matière de lutte contre l’insécurité alimentaire et améliorer de manière significative les résultats catastrophiques qu’il a obtenus jusqu’à présent.

Deuxièmement, le Nigeria devrait donner la priorité au développement, à l’adoption et au déploiement de technologies appropriées (en particulier traditionnelles) dans toutes les chaînes de valeur agricoles. L’expérience et les preuves des pays de la région de l’Afrique subsaharienne montrent que les bénéfices du développement de la technologie agricole peuvent être très élevés et de grande portée. La priorité devrait être accordée à la construction des infrastructures nécessaires, en particulier dans les communautés rurales, pour soutenir les petits exploitants qui sont au cœur de l’agriculture africaine. Ils devraient bénéficier de politiques incitatives adaptées, telles que des subventions et des prêts à faible taux d’intérêt, des intrants agricoles comme des variétés de semences indigènes améliorées, des bio-engrais et des bio-pesticides. Les gouvernements devraient améliorer l’accès des agriculteurs à l’information, aux services de vulgarisation et à la formation sur les meilleures pratiques agricoles et l’utilisation des technologies, grâce au déploiement massif d’agents de vulgarisation bien formés et informés qui servent de pont entre la recherche/innovation agricole et les agriculteurs.

Troisièmement, le gouvernement nigérian doit repositionner ses instituts de recherche agricole en augmentant le financement de la recherche et en offrant des stimulations telles que des allègements fiscaux au secteur privé et aux entreprises pour qu’ils financent directement la recherche et l’innovation par le biais de diverses institutions de recherche agricole au Nigéria. L’allocation budgétaire du Nigeria au ministère de l’agriculture montrerait que les institutions de recherche ont reçu en moyenne 78 millions de dollars par an (0,007 % du PIB) entre 2016 et 2020. En comparaison avec les 43 millions de dollars (0,01 % du PIB) du Viêt Nam, les 2 milliards de dollars (0,06 % du PIB) de l’Inde et le milliard de dollars (0,05 % du PIB) du Brésil, il apparaît que la recherche agricole est encore largement sous-financée au Nigéria. Un financement accru permettra de relancer ces institutions faibles et de stimuler directement la productivité agricole dans le pays.

Quatrièmement, la participation du secteur privé est nécessaire pour créer des industries agro-alimentaires dans les différentes zones agricoles afin que le Nigeria puisse stimuler sa productivité agricole. Cela permettra de transformer et d’ajouter de la valeur aux produits agricoles des petits exploitants pour la consommation locale et l’exportation, rendant ainsi l’agriculture rentable et attrayante, en particulier pour les jeunes Nigérians, dont la plupart sont actuellement au chômage.

L’Afrique est confrontée à un problème de faim : au moins un Africain sur cinq se couche le ventre vide et on estime à 140 millions le nombre de personnes confrontées à une insécurité alimentaire aiguë. Le gouvernement ukrainien avait déjà exprimé en janvier 2023 sa volonté d’établir des centres céréaliers au Nigeria et dans d’autres pays africains afin de contribuer à résoudre ce problème et de renforcer ses liens bilatéraux dans le contexte de la guerre et de la concurrence géopolitique qui l’opposent à la Russie. Cependant, il est clair que la voie qui permettra à l’Afrique d’atteindre la sécurité alimentaire et d’actualiser sa souveraineté alimentaire ne reposera pas sur des dons de nourriture provenant d’autres continents. Une telle approche continuera à encourager l’apathie actuelle et le manque d’engagement de la plupart des pays africains, y compris le Nigeria, à financer correctement l’agriculture et à développer le potentiel agricole du continent.

Surtout, les Africains ne doivent pas oublier que derrière l’écran de fumée de l’aide alimentaire et des dons se cachent d’autres intérêts des donateurs qui peuvent être très éloignés de l’objectif d’éradiquer la faim sur le continent. Par conséquent, nous devons veiller à ce que les intérêts et la production agricole de nos petits exploitants locaux ne soient pas compromis, alors que ces pays tentent de promouvoir leurs intérêts, d’élargir l’accès au marché et de contrôler les sociétés transnationales en Afrique par le biais des dons alimentaires. Sinon, nous nous retrouverons dans un cycle sans fin de faim et d’insécurité alimentaire sur le continent.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Support The Pan African Review.

Your financial support ensures that the Pan-African Review initiative achieves sustainability and that its mission is shielded from manipulation. Most importantly, it allows us to bring high-quality content free of charge to those who may not be in a position to afford it.

You Might Also Like