Search
Close this search box.
The-panafrica-Final

Le racisme en Tunisie trahit l’héritage d’Ahmed Ben Bella et de Gamal Abdel Nasser

746
Facebook
Twitter
Pinterest
WhatsApp

Le 21 février 2023, le président tunisien Kais Saied a convoqué une réunion du Conseil national de sécurité afin de prendre des mesures immédiates “pour faire face au phénomène d’un afflux important de migrants irréguliers d’Afrique subsaharienne en Tunisie“. Cette déclaration et la violence qui l’a suivie nous ont rappelé à quel point le colonialisme a été dévastateur pour les pays à prédominance arabe et comment, à ce jour, les sociétés arabes d’Afrique tentent encore désespérément de se faire coopter dans une certaine idée de la suprematie blanche, même si ses concepteurs continuent de considérer tous les Africains, y compris les Africains arabes, comme des personnes de races inférieures.

Pour justifier sa rhétorique populiste et anti-immigrés, et probablement esquiver la réaction qu’elle allait susciter, le dirigeant tunisien s’est empressé d’avancer la même théorie du complot qui alimente la résurgence des mouvements d’extrême droite et de suprématie de la race blanche en Europe et aux États-Unis : Le Grand Remplacement. Selon un communiqué publié sur la page Facebook officielle de la présidence tunisienne, M. Saied “a souligné qu’il existe un arrangement criminel qui a été planifié depuis le début de ce siècle pour changer la composition démographique de la Tunisie en remplaçant l’identité arabe et islamique de la Tunisie par des personnes originaires de pays d’Afrique subsaharienne. Il a ajouté qu’il y a des organisations qui ont reçu d’importantes sommes d’argent après 2011 afin d’installer des immigrants irréguliers d’Afrique subsaharienne en Tunisie”.

En réponse aux déclarations scandaleuses du président, une campagne vicieuse contre les Africains subsahariens a été menée dans les rues tunisiennes depuis février 2023. Shreya Parikh, universitaire tunisienne, décrit comment la police et les civils harcèlent tous ceux qui s’identifient comme “Africains”, y compris les étudiants subsahariens et les travailleurs en situation régulière, ainsi que les Tunisiens noirs, dont beaucoup ont été attaqués, poignardés et contraints de s’enfuir. La Tunisie a adopté une formule violente et bien rodée : les politiciens prétendent que les étrangers inondent le pays et mettent en péril sa sécurité, sa stabilité et sa prospérité, promouvant ainsi et popularisant des sentiments xénophobes préexistants. Une honte.

Alors que nous tentons de comprendre la crise qui a englouti les Africains en Tunisie, il est important de saisir les facteurs qui influencent les politiques identitaires dans ce pays et dans l’Afrique du Nord en général.

Race et racisme en Afrique du Nord

Dans “What is Whiteness in North Africa“, le professeur Leila Tayeb soutient que 1) la formation de l’identité blanche en Afrique du Nord et à travers elle ne recoupe que partiellement les formations plus dominantes de cette identité sont liées au colonialisme européen et produites par celui-ci, et 2) la couleur noire est construite comme si elle n’était pas indigène à l’Afrique du Nord dans une variété de discours et d’interprétations, tant dans le monde universitaire que dans la culture populaire. Dans Les misérables de la terre, Frantz Fanon a décrit ce phénomène d’aliénation de la manière suivante :

“Le colonialisme ne se contente pas de tenir un peuple sous son emprise et de vider le cerveau de l’indigène de toute forme et de tout contenu. Par une sorte de logique pervertie, il se tourne vers le passé du peuple, le déforme, le défigure et le détruit”. (Frantz Fanon, 1963, p. 210).

La violence résultant de cette aliénation se caractérise par la victimisation et la violence contre toute personne correspondant à la construction sociale de ce qu’est un “Africain”. Les étudiants subsahariens et les travailleurs étrangers sans papiers, ainsi que les Tunisiens noirs, sont invités à rentrer chez eux en “Afrique”, comme si la Tunisie ne faisait pas partie de l’Afrique, une croyance largement répandue et exprimée avec désinvolture en Afrique du Nord. En d’autres termes, le discours bien ancré qui conçoit l’Afrique du Nord comme étant fondamentalement distincte de l'”Afrique noire” contribue énormément au maintien de cet ordre violent.

L’ontologie sociale de la race et du contrat racial

Le “contrat racial”, comme l’appelle le philosophe Charles Mills, est ce qui sous-tend les présomptions de culpabilité blanche et de culpabilité noire (culpabilité arabe et culpabilité noire dans le cas présent). Le contrat racial est un codicille écrit à l’encre invisible qui déclare que les règles telles qu’elles sont écrites ne s’appliquent pas de la même manière aux personnes non blanches. Par exemple, le contrat racial stipule que, bien que le meurtre soit interdit par la loi, il est toléré que les Blancs (les Arabes dans ce cas) persécutent et tuent les Noirs, de sorte que même l’annonce par le président Saïd que les attaques raciales feront l’objet de poursuites en justice est comprise comme une menace vide de sens par les citoyens Tunisiens.

En conséquence, bien que le président Saied ait légèrement assoupli sa position depuis son premier discours, déclarant que les attaques racistes feraient l’objet de poursuites, cela n’a pas mis fin aux attaques. La rhétorique habituelle des personnes ayant des sentiments anti-immigrés est qu’elles n’ont aucun problème avec les étrangers qui sont légalement présents en Tunisie et qu’elles ne visent que les immigrés illégaux. Il est clair que cette position n’a aucun poids car, même après le discours de Saied, le statut juridique ne semblait pas avoir d’importance. Les personnes noires, y compris certains Tunisiens de souche à la peau plus foncée, ont été harcelées dans les rues, détenues arbitrairement, agressées physiquement ou verbalement, expulsées de leur logement et licenciées. Les médias sociaux regorgent d’informations selon lesquelles des personnes se sont vu refuser l’accès à des magasins ou à des bureaux de poste en raison de leur couleur de peau. Selon les informations disponibles, la police tunisienne s’est montrée réticente à répondre aux délits signalés par les Africains noirs, et les chauffeurs de taxi ont refusé de les prendre en charge. De toute évidence, la rétractation du président, qui n’a pas présenté d’excuses franches, est arrivée trop tard, et les crimes commis contre les Noirs vivant en Tunisie ne sont toujours pas jugés, ce qui prouve que le racisme est profondément ancré dans la société tunisienne.

L’ironie de la situation est que, bien que la Tunisie ait été le premier pays de la région MENA à adopter une législation qui criminalise la discrimination raciale et permette aux victimes de racisme de demander réparation pour des actes de racisme verbaux ou physiques en 2018, cela ne s’est pas traduit par une réelle amélioration du traitement des personnes noires, car le racisme à l’égard des citoyens noirs s’est profondément infiltré dans les sphères sociales, institutionnelles et politiques de la Tunisie. Les Tunisiens noirs et les immigrés subsahariens sont fréquemment stigmatisés socialement et étiquetés comme wossif (esclave) ou kahlouch (inférieur). Ces derniers mois, une campagne de haine anti-Noirs a déferlé sur les réseaux sociaux et dans les médias, apportant des preuves à l’appui de ce truisme. Parallèlement, le Parti nationaliste tunisien, qui estime que la présence de Noirs africains en Tunisie fait partie d’un “complot visant à modifier la composition de la société”, est fréquemment invité dans les médias et ses membres expriment ouvertement ces opinions en ligne, sans que les autorités ne réagissent. Qu’est-ce que cela signifie pour le rêve du panafricanisme qui semble rester insaisissable pour le continent ?

Le panafricanisme et la question arabe

Des panafricanistes comme Kwame Nkrumah et Malcolm X ont été confrontés à la question des relations afro-arabes dans les années 1960. Les Arabes sont arrivés en Afrique en tant qu’impérialistes qui ont souvent répandu leur culture par la conquête, mais dans les années 1960, les Arabes faisaient partie de la lutte anticoloniale mondiale parce qu’ils avaient eux aussi été colonisés par les Européens. Certains dirigeants arabes, comme Nasser et Ben Bella, étaient même des partisans du panafricanisme. Nkrumah envisageait une Union africaine incluant les États arabisés d’Afrique du Nord. Malcolm, quant à lui, adopte une position plus critique à l’égard de l’unité afro-arabe. Il avait soutenu la révolution africaine à Zanzibar contre la domination arabe et avait également critiqué les Arabes pour ne pas avoir suffisamment soutenu la lutte des Afro-Américains.

La triste réalité d’aujourd’hui est qu’une lutte commune contre le colonialisme occidental n’effacera pas le fait que de nombreuses régions d’Afrique sont encore aux prises avec les conséquences de l’héritage négatif de la conception arabe de la suprématie blanche et de la violence qui en découle. Cet héritage est lié à la crise actuelle en Tunisie et retardera probablement la lutte commune contre un adversaire plus insidieux et plus puissant, car les gens n’oublient pas et ne pardonnent pas facilement à leurs oppresseurs. Le Sud se souvient.

Pourtant, même si nous nous souvenons, nous devons tracer une voie commune pour aller de l’avant. Il n’y a pas d’alternative si l’Afrique veut se libérer des chaînes de l’oppression.  Nous devons nous inspirer des panafricanistes arabes comme Gamal Abdel Nasser et Ben Bella qui savaient que la région du Maghreb ne pouvait vaincre l’impérialisme sans l’Afrique et vice versa.

Dans le même ordre d’idées, les Africains doivent soutenir la fragile mais solide résistance au racisme en Tunisie. La société civile tunisienne, en particulier les organisations de Tunisiens noirs, s’est fortement mobilisée pour soutenir les migrants africains en mettant en place un soutien médical, juridique et en matière de logement. Le 25 février 2023, près d’un millier de manifestants ont participé à une marche de soutien aux Noirs de Tunisie dans la capitale, Tunis. Dans d’autres manifestations distinctes, le Front antifasciste tunisien était l’un des groupes à l’origine d’une marche contre le racisme avec le slogan “Abolissons le fascisme, la Tunisie est une terre africaine”, à laquelle ont participé des centaines de personnes à Tunis. L’Union Générale du travail, importante et influente en Tunisie, a également organisé samedi sa propre marche de grande ampleur contre Saied et a affiché des pancartes contre le racisme.

En fin de compte, cependant, une lutte panafricaine incluant les pays arabes ne peut réussir qu’en démantelant l’idée que la négritude n’est pas indigène à l’Afrique du Nord. C’est grâce à l’érudition de personnes telles que Cheick Anta Diop qu’il a été prouvé que les anciens Égyptiens étaient noirs et africains. Ces faits historiques sont donc importants pour la reconstruction et, en fin de compte, l’unification du continent.

A luta Continua !

 

Support The Pan African Review.

Your financial support ensures that the Pan-African Review initiative achieves sustainability and that its mission is shielded from manipulation. Most importantly, it allows us to bring high-quality content free of charge to those who may not be in a position to afford it.

You Might Also Like