Search
Close this search box.
The-panafrica-Final

L’Afrique ne devrait pas disposer d’infrastructures qu’elle ne peut pas construire ou entretenir

584
Facebook
Twitter
Pinterest
WhatsApp

La mise en place d’infrastructures construites avec des compétences et des fonds empruntés a été présentée comme un indicateur de progrès par de nombreux dirigeants de l’Afrique subsaharienne après l’indépendance et applaudie par les citoyens. Soixante ans après l’indépendance, cette idée fausse continue de persister, éloignant de plus en plus les Africains d’un progrès authentique, enraciné et durable.

Cet article renforce la vérité historiquement prouvée qu’un peuple développé est capable de construire et d’entretenir des infrastructures, en plus d’autres indicateurs de progrès plus visibles au sein de son territoire national. Le développement des personnes est fondamental pour la prospérité nationale et il n’y a pas de raccourci pour l’Afrique. L’investissement stratégique dans les systèmes, les processus et les bases de connaissances ciblant l’intellect et les émotions des citoyens est le socle pour un progrès de l’infrastructure, de la technologie et d’autres formes de progrès endogène.

L’Égypte ancienne était le plus grand centre d’éducation du monde antique ; parallèlement, les réalisations infrastructurelles des Égyptiens de l’Antiquité restent une merveille à ce jour. La soif de connaissance des anciens Égyptiens et l’investissement dans la production de connaissances à cette époque n’ont pas encore été égalés par d’autres époques. Plus récemment, les pays occidentaux d’Europe et d’Amérique du Nord ont bâti une civilisation modeste en investissant dans une éducation globale qui met l’accent sur le caractère, la culture, les arts, la politique, la science et la technologie, etc. La même histoire marque le parcours de chaque pays considéré aujourd’hui comme avancé sur le plan des infrastructures, y compris la Chine et d’autres économies asiatiques.

Une chose que l’on oublie souvent à propos de l’Égypte ancienne et des puissances mondiales actuelles est le lien entre la culture et la connaissance. Afin d’acquérir les connaissances nécessaires au développement des infrastructures, l’Égypte ancienne vouait un profond respect à la terre et à la culture. C’était un pays où les gens étaient émotionnellement intelligents et se tournaient vers l’intérieur pour y puiser l’inspiration nécessaire au développement personnel et communautaire et au progrès national. Les anciens Égyptiens considéraient avec déférence les connaissances qu’ils avaient acquises localement et n’accordaient pas d’importance à la seule consommation de la culture, des connaissances et des ressources d’autrui. Il en va de même pour les civilisations modernes d’aujourd’hui.

L’un des plus grands défis de l’Afrique à ce jour est la force intellectuelle et la volonté de se débarrasser de la mentalité de consommateur enracinée pendant le colonialisme. En effet, à peine les drapeaux de l’indépendance nouvellement hissés commençaient-ils à flotter sur les terres que les dirigeants africains se lançaient dans d’énormes projets inutiles, pour lesquels leurs citoyens n’avaient pas le savoir-faire technologique nécessaire à la construction et à l’entretien, et le trésor national n’avait pas les moyens financiers de les réaliser. Si de nombreux projets ont été abandonnés à mi-chemin “pour de bon”, beaucoup ont été achevés et ont fonctionné pendant quelques années en dépendant fortement d’une expertise externe inabordable et de renforts importés. Dans les années 1980, alors que de nombreux projets de ce type n’étaient plus que l’ombre d’eux-mêmes et que leurs pays hôtes étaient à bout de souffle sur le plan économique, le Fonds monétaire international (FMI) est arrivé comme un déluge, porteur du Programme d’ajustement structurel mal conçu et malheureux, avec des résultats malheureux pour le continent.

Si l’histoire avait la place qui lui revient en Afrique, le prêt futile d’il y a plus de trente ans, imposé aux pays africains par le FMI et ses partenaires du Club de Paris, pour lequel beaucoup n’ont pas grand-chose à montrer aujourd’hui, aurait servi de moyen de dissuasion. Ce n’est pas le cas. De nombreux pays africains continuent d’emprunter pour financer le développement de leurs infrastructures. L’Afrique a étendu les tentacules de sa dette au-delà des pays du Club de Paris pour inclure d’autres pays, principalement en Asie. Les conséquences pour l’Afrique sont de plus en plus graves, chaque nouveau partenaire de prêt devenant plus exigeant.

Tous les Africains bien intentionnés doivent s’opposer fermement à la tendance persistante à emprunter de l’argent, des connaissances et des compétences pour améliorer les infrastructures. L’emprunt pour l’amélioration des infrastructures ne génère pas de bénéfices durables pour les générations actuelles et futures d’Africains, comme le montre l’histoire du continent après l’indépendance. Il a principalement servi à renforcer le pouvoir des riches, à perpétuer le fossé entre les classes sociales dans la région et à laisser l’estime de soi des Africains au plus bas niveau de l’histoire.

Comme dans l’Égypte ancienne, l’éducation formelle, informelle et non formelle dans l’Afrique d’aujourd’hui doit être fermement fondée sur le respect de la terre, du peuple et de la culture. L’objectif est de transformer l’état d’esprit de l’individu moyen à un point tel que l’innovation, la créativité, le caractère et les liens socio-émotionnels nécessaires à un progrès accéléré se produiront spontanément. Les systèmes de connaissances autochtones de l’Afrique, dans tous les secteurs et toutes les disciplines, sont nécessaires à l’action politique et à l’éducation.

À l’ère de la libéralisation des connaissances apportée par Internet, les gouvernements devraient s’efforcer d’aider les Africains à accéder à des connaissances suffisantes pour construire eux-mêmes leurs infrastructures avec des matériaux et des ressources d’origine locale. Pour y parvenir, il ne suffit pas de créer des instituts de recherche et de développement. Les valeurs morales de la population, par exemple, devront être renforcées par un leadership et une éducation exemplaires.

De la part de ses citoyens, l’Afrique doit s’engager dans une période désespérée d’auto-éducation englobant l’expansion intellectuelle dans des domaines spécifiques, l’apprentissage socio-émotionnel, l’histoire communautaire, nationale, régionale et mondiale, les arts et les sciences sociales, pour n’en citer que quelques-uns. Les citoyens devront commencer à exiger et à défendre respectueusement la construction de leur communauté et de la base de connaissances nationale, ainsi que le développement de la personne humaine sur la base d’une éducation holistique visant à transformer l’esprit humain. En outre, chaque Africain concerné devrait s’élever contre la poursuite des emprunts ; nous devrions collaborer avec le gouvernement pour atteindre cet objectif.

Les progrès en matière d’infrastructures et de technologies ont rarement été le produit d’un transfert de technologies ou d’ emprunts pour construire.  La vaine quête de progrès de l’Afrique par le biais d’infrastructures superposées et criblées de dettes ne peut qu’aboutir au ridicule pour cette génération d’Africains, et à des difficultés incalculables pour les générations à venir. Le progrès durable de l’Afrique repose carrément sur les Africains qui construisent leurs propres infrastructures, en utilisant principalement des matériaux physiques et intellectuels d’origine locale, ainsi que de la main-d’œuvre. C’est pourtant la chose la plus facile à dire, car la construction et l’entretien des infrastructures au niveau envisagé ne sont possibles que lorsque la personne humaine a été développée sur tous les fronts. L’accent devrait donc être mis sur la formation sociale, émotionnelle et intellectuelle de l’Africain pour parvenir à un développement accéléré.

Support The Pan African Review.

Your financial support ensures that the Pan-African Review initiative achieves sustainability and that its mission is shielded from manipulation. Most importantly, it allows us to bring high-quality content free of charge to those who may not be in a position to afford it.

You Might Also Like