Search
Close this search box.
The-panafrica-Final

La limitation des mandats, un obstacle à la transformation structurelle en Afrique

1062
Facebook
Twitter
Pinterest
WhatsApp

Le plus grand défi pour les dirigeants africains est leur incapacité à contrôler l’espace politique national. Cet espace politique a été infiltré, à des degrés divers, par des personnes extérieures présumées bienveillantes. Même lorsque les prescriptions politiques qui viennent de l’étranger semblent bonnes et bien intentionnées, il y a toujours une “conséquence involontaire” qui annihile souvent tous les aspects positifs et rend l’ensemble des prescriptions nuisibles.

Donner d’une main et reprendre de l’autre

Prenons l’exemple de la limitation des mandats, un élément clé de la démocratie libérale telle qu’elle est prescrite par l’Occident. L’idée selon laquelle, pour qu’un système politique soit considéré comme légitime, le peuple doit pouvoir choisir son dirigeant par le biais d’élections est louable. Cela fait des élections – la participation directe ou indirecte du peuple au choix de ses dirigeants – un marqueur important d’une société éclairée. Par conséquent, la capacité du peuple à exercer son pouvoir par le biais du scrutin est une chose à laquelle toutes les sociétés devraient aspirer. Les dirigeants africains font donc ce qu’il faut lorsqu’ils organisent des élections régulières, qu’elles soient le résultat de prescriptions extérieures ou d’une initiative organique. Il s’agit là de la main qui donne.

Puis vient la main qui prend : la limitation des mandats. Il est incontestable qu’il est plus facile de trouver un dirigeant médiocre et incompétent qu’un bon et compétent. Cela vaut pour tous les niveaux de direction. Les dirigeants médiocres sont partout. Ainsi, la probabilité de choisir au hasard un dirigeant médiocre plutôt qu’un dirigeant exceptionnel est infiniment plus élevée. Il semble que lorsqu’un bon dirigeant émerge, la société devrait s’y accrocher jusqu’à ce que les circonstances en décident autrement – comme l’ont fait les Allemands avec Angela Merkel, les Singapouriens avec Lee Kwan Yew et, avant eux, les Américains avec Franklin Delano Roosevelt.

Cependant, les limitations de mandats sapent le progrès et coûtent cher à la société. Elles ne permettent pas à un dirigeant exceptionnel de créer des changements significatifs dans la vie des gens, car il est peu probable qu’elles donnent aux bons dirigeants suffisamment de temps pour effectuer les transformations structurelles nécessaires. Au contraire, elles créent une situation dans laquelle des dirigeants médiocres sont autorisés à saisir une opportunité qui, autrement, serait réservée aux membres exceptionnels de la société. Dans la plupart des cas, les dirigeants médiocres annulent les quelques progrès réalisés par un dirigeant exceptionnel au cours de son court mandat. En d’autres termes, la limitation des mandats est préférable dans les contextes où seul un changement cosmétique – celui qui préserve le statu quo au niveau de la substance – est souhaitable, comme c’est le cas dans la plupart des sociétés occidentales économiquement avancées.

Si le défi le plus persistant auquel l’Afrique est confrontée est la transformation économique qui sort les populations d’une pauvreté déprimante, alors la limitation des mandats peut être un outil pour préserver le statu quo de l’appauvrissement. En effet, la transformation économique nécessaire à ce type de changement requiert un certain niveau de continuité politique et de stabilité politique.

Cela n’est pas possible car un horizon politique à long terme n’est pas possible dans une situation où, tous les cinq ans environ, une nouvelle direction émerge avec son propre programme, ses propres priorités et ses propres exécutants. Il n’est pas surprenant que les groupes cherchant à supplanter les dirigeants en place conçoivent leur mission comme l’affirmation que “c’est notre tour de manger”, ce qui suggère qu’ils n’envisagent pas de disposer de l’horizon temporel nécessaire pour poursuivre la transformation structurelle, si tant est qu’ils considèrent que cela fasse partie de leur mission. En d’autres termes, la perturbation provoquée par la limitation des mandats peut être anti-développement, un facteur important d’instabilité économique et, invariablement, de crise politique. La limitation des mandats est donc potentiellement le plus grand obstacle à la réalisation de deux objectifs centraux du leadership politique : la stabilité politique et économique. De cette manière, la limitation des mandats réduit à néant tout ce qu’il y a de bon dans le paquet de la démocratie libérale.

Ironiquement, la démocratie libérale a été prescrite à l’Afrique à partir de la fin des années 1980, comme un antidote aux crises économiques et politiques qui ont secoué le continent des années 1960 à la fin des années 1980, pendant la guerre froide.

Les limites de la limitation du nombre de mandats

La limitation des mandats est la pièce à conviction A de l’argument selon lequel la démocratie libérale est un projet d’élite. Elle apporte la stabilité au sein de l’élite qui recherche le pouvoir politique en garantissant qu’au lieu de recourir à la violence pour évincer un dirigeant, ils peuvent attendre qu’il s’en aille. Ainsi, le temps devient leur préoccupation. Au lieu de nourrir une culture politique basée sur la substance de la démocratie – améliorer la vie des gens – l’élite s’engage dans un changement cosmétique où l’objectif du leadership s’apparente à un jeu de chaises musicales. Un dirigeant n’est pas évalué en fonction de ce qu’il a fait pendant son mandat, mais en fonction de la façon dont il s’est retiré à la fin de son mandat.

En raison de ces limitations, la démocratie est réduite à des symboles plutôt qu’à son effet sur la vie des gens. Dans ce processus, la transformation structurelle est conçue comme un accident de l’histoire, alors que le statu quo prévaut.

Ce symbolisme a fonctionné en Occident parce qu’il n’y avait pas d’urgence à procéder à une transformation structurelle en raison de l’histoire de l’exploitation qui est souvent présentée uniquement à tort comme une histoire de bonne gouvernance. Mais même en Occident, cet arrangement fait l’objet d’un examen minutieux, coïncidant avec une période où de plus en plus de pays dans le monde s’efforcent de réaffirmer leur contrôle souverain sur leurs ressources naturelles et d’en tirer le meilleur parti.

Dans le contexte africain, les effets néfastes de la limitation du nombre de mandats seraient minimisés dans une situation où un système politique garantit que seuls les candidats possédant les qualités requises sont autorisés à participer à la compétition politique. En Afrique, des pays comme la Tanzanie – et, dans une certaine mesure, l’Afrique du Sud – ont tenté de créer un tel système qui forme de jeunes dirigeants au fil des ans et promeut ceux qui démontrent des qualités de leadership dans les différents postes qui leur sont attribués tout au long de leur carrière. Ce n’est que dans ce cadre que la limitation des mandats a un sens, car il existe un réservoir plus large d’où peuvent émerger d’excellents dirigeants potentiels.

Il n’est donc pas surprenant qu’en Afrique, les contextes politiques dans lesquels la limitation des mandats n’a pas entravé la stabilité et la continuité des politiques soient ceux caractérisés par un parti dominant au pouvoir, comme en Afrique du Sud et en Tanzanie. Sans les défis posés par la limitation des mandats, il est assez étonnant que les dirigeants de ces deux pays n’aient pas profité de ces circonstances particulières pour lancer le type de transformation économique dont le continent a besoin.

Dans l’état actuel des choses, les avantages de la limitation du nombre de mandats sont de loin supérieurs aux inconvénients. Il est vrai que la limitation des mandats permet d’écarter un mauvais dirigeant avant qu’il ne fasse beaucoup de dégâts. Les mauvais dirigeants ont exploité l’absence de limitation des mandats pour imposer indéfiniment leur autorité à des sociétés qui avaient besoin de mains compétentes pour les sortir de la pauvreté et les engager dans la voie de la transformation socio-économique. Comme l’a fait valoir l’ambassadeur Ngoga, la quête de justice électorale, qui a tout à voir avec la crédibilité des élections et rien à voir avec la longévité d’un dirigeant, permettrait de résoudre en partie ce problème, puisque les citoyens seraient autorisés à sanctionner la médiocrité.

Toutefois, l’objectif du changement doit aller au-delà de l’élimination du mauvais dirigeant. Le changement ne doit pas être l’occasion de déclencher le jeu néfaste des chaises musicales qui caractérise les systèmes politiques à mandat limité dans la plupart des régions d’Afrique. Sinon, la lutte pour le changement et l’instabilité qu’elle engendre reproduiraient l’ancien problème sous une nouvelle forme et nourriraient des sentiments de nostalgie pour les régimes mêmes pour lesquels la démocratie libérale a été prescrite comme antidote.

En attendant, tout comme les échecs des programmes d’ajustement structurel des années 1990 ont été imputés à des dirigeants médiocres qui étaient trop déficients (intellectuellement et moralement) pour exécuter un “bon” plan, l’échec de la transformation des sociétés africaines est imputé à l’incapacité des dirigeants africains à mettre en œuvre la démocratie.

Mais, aujourd’hui comme hier, la question reste de savoir qui contrôle l’espace politique. Sur ce point, les dirigeants africains ne devraient pas accepter d’exercer un contrôle partiel. Soit ils abandonnent tout, soit ils conservent tout. Le danger de s’arrêter à mi-chemin est que même le demi-contrôle qu’ils détiennent sera compromis par la moitié dont le contrôle est entre les mains d’étrangers.

Les Africains doivent également protester contre l’ombre d’illégitimité qui plane sur les dirigeants exceptionnels à la tête de sociétés qui ont vu la lumière et rejeté la limitation des mandats comme une caractéristique sacro-sainte de la démocratie ou de la bonne gouvernance.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Support The Pan African Review.

Your financial support ensures that the Pan-African Review initiative achieves sustainability and that its mission is shielded from manipulation. Most importantly, it allows us to bring high-quality content free of charge to those who may not be in a position to afford it.

You Might Also Like