The-panafrica-Final

La libération de l’Afrique passera par la rénovation du système éducatif

Les politiques éducatives en Afrique doivent cesser d'être des schémas téléchargés de pays plus avancés sur le plan technologique
775

Le secteur de l’éducation en Afrique a un besoin urgent d’une réorganisation vitale qui devrait favoriser un processus novateur. Les moteurs du changement dans l’éducation en Afrique ne seront pas l’argent, l’investissement direct étranger, l’assistance économique ou l’expertise technique du Nord ou d’ailleurs. Ce dont le système éducatif africain a besoin, c’est d’un leadership audacieux et énergique qui saisisse profondément le pouvoir d’un esprit éclairé pour construire des systèmes transformateurs à partir de la base.

L’assimilation non réfléchie du système de connaissance occidental par le reste du monde a lentement mais sûrement eu de graves conséquences au fil des ans.  Des années d’abandon des valeurs et des systèmes de connaissances communautaires au profit de valeurs et d’une éducation néolibérales purement occidentales n’ont fait qu’engendrer des dysfonctionnements à plusieurs niveaux : personnel, familial, communautaire et environnemental. Pour l’Afrique, l’introduction d’un type d’éducation approprié peut encore aujourd’hui inverser les effets de l’imposition et de l’adoption généralisées des valeurs et des pensées occidentales. Nous explorons ici certains domaines que les leaders africains de l’éducation devraient prendre au sérieux dans leurs efforts pour transformer la région par le biais de l’éducation.

Un programme d’études transformé

Au cœur des besoins éducatifs de l’Afrique se trouve un programme d’études adapté aux besoins de la région. L’élaboration de nouveaux programmes dans toutes les matières et tous les domaines d’étude pour l’Afrique est une tâche que seuls des Africains connaissant parfaitement les besoins de leurs communautés peuvent mettre en œuvre. Cette tâche peut être entreprise sans l’organisation de grandes conférences gourmandes en argent ou l’embauche de consultants coûteux. Une série de réunions en ligne organisées par des bénévoles qualifiés et dévoués sur une période donnée peut avoir un impact tout aussi important.

Les sujets d’étude et le contenu de ces sujets devront être revus. Au niveau social, par exemple, des matières telles que les études ethniques devraient être privilégiées, étant donné que le continent est en proie à des divisions ethniques. En médecine et en pharmacie, par exemple, le programme devrait, entre autres, se pencher davantage sur les maladies tropicales, mettre l’accent sur l’histoire africaine de la médecine et revisiter les connaissances médicinales indigènes de l’Afrique. Dans le domaine des sciences et des technologies, il convient de mettre l’accent sur la science centrée sur l’Afrique, celle à laquelle les étudiants peuvent facilement s’identifier en dehors des quatre murs de la salle de classe. Les manuels scolaires devraient être évalués pour s’assurer qu’ils sont conformes aux valeurs, à l’éthique et aux systèmes de connaissances communautaires et nationaux.

Pédagogie transformée

Bien que la transmission des connaissances dans le système éducatif africain ait changé depuis le colonialisme, il reste nécessaire d’accroître les efforts investis dans des méthodes d’apprentissage typiquement africaines. Ce qu’il faut, c’est une approche qui promeuve l’Ubuntu, qui ait une profonde considération pour le passé, le présent et l’avenir, qui respecte la terre et ce qu’elle renferme sur, sous ou au-dessus d’elle, et qui montre une appréciation de la spiritualité. De plus, dans ce type d’éducation, l’enseignant doit être une personne au caractère irréprochable et très respectée dans la communauté.

Dans le cadre d’une pédagogie afro-centrique, la coopération est le mot d’ordre de la classe et non la compétition. Les élèves apprennent à apprécier et à respecter profondément ce qu’ils sont et ce qu’ils représentent, ainsi que ce que l’autre personne est et ce qu’elle représente. Le type d’évaluation que l’on donne aux élèves a pour but de créer des liens et non de montrer qui est le plus brillant ou le plus influent.

Parmi les autres moyens de promouvoir une pédagogie centrée sur l’Afrique, que les responsables du secteur de l’éducation doivent – et devraient – s’efforcer de promouvoir, figure l’apprentissage par l’expérience, c’est-à-dire l’apprentissage à partir de la vie réelle, des expériences vécues par les apprenants, plutôt que l’importation d’idées et de concepts complètement étrangers et l’imposition d’une telle réalité préférée que les apprenants doivent viser.

L’utilisation des contes est une méthode d’apprentissage ancestrale dans une grande partie de l’Afrique. Cet art doit être exploré et étudié en profondeur. Il est nécessaire d’intégrer largement la narration comme un élément essentiel de l’enseignement et de l’apprentissage dans toute la région.

D’autres moyens de promouvoir la pédagogie traditionnelle africaine consistent à présenter l’éducation comme une activité holistique, transgénérationnelle et non linéaire. Une éducation holistique réduit le cloisonnement – qui fait que certaines disciplines sont réservées aux plus intelligents et d’autres aux moins intelligents. Cet étiquetage a paralysé l’éducation occidentale sur de nombreux fronts et bloqué les progrès de la recherche. Sur le plan transgénérationnel, l’éducation devrait être transmise d’une génération à l’autre. Dans un monde où la jeune génération se sent plus intelligente que l’ancienne grâce à un smart phone qu’elle peut facilement utiliser pour rechercher des informations, il est nécessaire de faire la distinction entre l’information et la sagesse ou la compréhension. La nécessité pour les générations de recevoir la sagesse accumulée par les générations précédentes par le biais d’interactions demeure.

Transformation de la structure et de l’administration de l’éducation

L’Afrique est mûre pour une transformation radicale de la structure et de l’administration de l’éducation. Prenons par exemple l’augmentation du nombre d’écoles privées et le traumatisme que représente le paiement des frais de scolarité pour les parents, sans parler de l’effet du syndrome de l’élève-client sur l’enseignement et l’apprentissage dans toute la région. Il est nécessaire d’encourager fortement d’autres plateformes éducatives non gouvernementales, telles que l’éducation communautaire, les modules d’éducation – où les parents se réunissent pour créer une école pour leurs enfants, l’enseignement à domicile, etc. L’école à la maison est un concept traditionnel africain qui doit être exploré dans l’éducation actuelle à travers la région.

La bataille contre la marchandisation de l’éducation

Depuis l’introduction du programme d’ajustement structurel en Afrique dans les années 1980, les pays africains ont largement fait de l’éducation un processus d’argent comptant. Prenons par exemple le cas de l’université de Makerere. Dans les années 1980 et au début des années 1990, l’université de Makerere a été privatisée et commercialisée sous la pression de la Banque mondiale. Cette commercialisation a contraint la plupart des départements, facultés et institutions à trouver leurs propres fonds, ce qui signifie que les étudiants payants ont été prioritaires. Les facultés sont passées d’un programme d’études axé sur la transformation et le progrès du pays à un programme d’études axé sur des programmes et des cours commercialement viables, susceptibles d’attirer des étudiants privés payants. Les facultés ont fait campagne en faveur des études de secrétariat, de la gestion de l’environnement, de la résolution des conflits, des droits de l’homme et d’autres cours commercialisables. Pour remédier à la situation financière désastreuse de l’université africaine, les expatriés de la Banque mondiale chargés de l'”aide technique” ont créé des cours orientés vers l’Occident. Le recrutement et la fidélisation des enseignants ont été basés sur des considérations financières plutôt que scientifiques. Ces réformes axées sur le marché à l’université de Makerere ont réduit la recherche et le développement en l’espace d’une décennie.

Après l’indépendance, l’université de Makerere a été l’une des rares universités africaines à se lancer dans le développement d’un programme d’études indépendant, élaboré en interne et axé sur le type de connaissances dont avaient besoin les anciens colonisés. Avec les réformes de la Banque mondiale basées sur le marché, ce progrès peu commun a été sacrifié à la préférence capitaliste pour un système d’éducation lucratif basé sur l’Occident. Les réformes de la Banque mondiale axées sur le marché à Makerere ont entraîné une baisse significative de la qualité académique de l’université.

La prochaine génération de dirigeants africains dans le domaine de l’éducation doit s’efforcer de ramener l’enseignement et l’apprentissage aux niveaux élémentaire, secondaire et tertiaire à une situation où l’éducation vise à transformer l’individu, la communauté et le pays.

La voie du progrès, autrefois universellement acceptée et défendue par le Nord global, a fait l’objet de vives critiques. Pourtant, il semble qu’il n’y ait pas d’alternative facile à mettre en place – ni éprouvée – au modèle occidental de promotion sociale largement adopté. Ironiquement, alors que des voix éclairées à travers l’Occident demandent que l’on appuie sur le bouton « pause » de la trajectoire actuelle de l’éducation occidentale, de nombreux dirigeants du Sud poursuivent pourtant le modèle de progrès occidental, toujours convaincus qu’il reste la seule voie viable vers le progrès. Le continent africain doit se détacher de cette poursuite de l’idée occidentale du progrès. Le bon type d’éducation est essentiel à ce processus de déconnexion.

Un nouveau système éducatif fondé sur un paradigme central qui honore la personne humaine, la famille, la communauté, la nation et la terre doit devenir un élément fondamental du discours sur le progrès en Afrique. La roue ne doit pas être réinventée dans les poches de régions où la culture et la science occidentales ont fait des progrès qui honorent l’Ubuntu et la terre. Nous devons maximiser les aspects positifs de ce système de connaissances.

À ce stade, le leadership en matière d’éducation en Afrique est essentiel. Les politiques éducatives en Afrique doivent cesser d’être des schémas téléchargés de pays plus avancés sur le plan technologique. Le leadership en matière d’éducation exige une prévoyance qui embrasse les profondeurs de la philosophie africaine d’Ubuntu tout en maximisant les avancées scientifiques et technologiques pertinentes.

Facebook
Twitter
Pinterest
WhatsApp

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Support The Pan African Review.

Your financial support ensures that the Pan-African Review initiative achieves sustainability and that its mission is shielded from manipulation. Most importantly, it allows us to bring high-quality content free of charge to those who may not be in a position to afford it.

You Might Also Like