Search
Close this search box.
The-panafrica-Final

La domination de la France en Afrique de l’Ouest mise à mal

850
Facebook
Twitter
Pinterest
WhatsApp

Historiquement, aucune nation impériale n’a exercé plus de pouvoir politique, social, militaire, économique et culturel sur la sous-région ouest-africaine que la France. Le modèle de gouvernance utilisé par la France pour administrer ses anciennes colonies en Afrique de l’Ouest a eu un impact considérable sur la région, à tel point que les gouvernements postcoloniaux dépendaient, impuissants, de la France pour la quasi-totalité de leurs plans de développement nationaux et de leur architecture de sécurité. Toutefois, des développements récents indiquent que la domination de la France dans la région est actuellement remise en question.

La domination de la France en Afrique de l’Ouest francophone

Bien avant l’émergence du général Charles de Gaulle, dont l’héritage colonial et les réformes politiques en Françafrique subsistent, et malgré la rhétorique des présidents français ultérieurs qui n’ont cessé de promettre des changements, des relations inégales caractérisaient les modèles d’administration français dans les colonies africaines. Par exemple, la politique d’assimilation introduite dans les colonies était principalement basée sur le prétexte et la doctrine de la supériorité de la culture et de la civilisation françaises. En quelque sorte, la France s’est embarquée dans une mission de civilisation destinée à transformer ses sujets africains pour qu’ils pensent et agissent comme les Français et, en fin de compte, à faire de ses colonies africaines une simple extension géographique de la France. Cependant, lorsque la politique d’assimilation a échoué, la politique d’association a été introduite, permettant aux Africains de conserver certains aspects de leur vie et de leur culture.

Dans une certaine mesure, malgré cet échec, l’enracinement de la politique d’assimilation a fait naître un sentiment d’invincibilité et d’indispensabilité de la France sur l’Afrique de l’Ouest francophone (AOF) en ce qui concerne les aspirations en matière de sécurité et de développement. En d’autres termes, malgré les réformes engagées depuis l’époque de Charles de Gaulle en vue de réparer les nombreuses erreurs sociopolitiques de la politique d’assimilation, l’emprise de la France sur l’Afrique de l’Ouest francophone reste réelle.

D’une part, depuis l’indépendance politique, la France contrôle les politiques monétaires de l’Afrique de l’Ouest (masse monétaire, assurance du CFA, réglementation financière, procédures bancaires, budgétisation et bien d’autres politiques économiques) par l’intermédiaire de sa Banque centrale de l’Afrique de l’Ouest.

D’autre part, l’intervention militaire est l’un des moyens d’ingérence de la France dans cette région. Lorsqu’il était président de la France, François Hollande avait promis de ne pas s’ingérer dans les affaires africaines. À peine un an plus tard, il est revenu sur sa promesse (comme d’autres présidents) en déployant environ 4 000 soldats au Mali. De même, le président Nicolas Sarkozy est intervenu militairement au Mali en 2013. Emmanuel Macron doit encore s’éloigner de la routine de ses prédécesseurs. Ce qu’il a fait de mieux, c’est de remodeler la méthode d’intervention de la France en Afrique de l’Ouest. Plutôt que l’approche unilatérale habituelle, Marcon se mobilise pour des interventions multilatérales qui restent soumises à la ratification et au leadership de la France. Tous ces arrangements sont aujourd’hui remis en question.

Réalignement des pouvoirs et nouvelles opportunités en matière de FWA – implication de la Chine et de la Russie

L’insatisfaction croissante face à de longues années de domination française, la pauvreté généralisée, les crises sécuritaires, les crises d’endettement imminentes et l’indice de développement humain très faible sont quelques-uns des principaux éléments qui continuent de caractériser, voire d’entraver, l’Afrique de l’Ouest francophone, et la France est perçue comme un obstacle à l’amélioration des conditions de vie des Africains de l’Ouest francophones. Les conflits violents, y compris les vagues croissantes de terrorisme, les insurrections, le fondamentalisme islamique, la toxicomanie, la radicalisation des jeunes et la corruption officielle sont redoutables. L’instabilité politique qu’ils alimentent en Afrique de l’Ouest francophone a ouvert la porte à d’autres acteurs étatiques majeurs tels que la Chine et la Russie, ce qui soulève la question de savoir si les populations locales, en particulier les Maliens, ont une chance de parvenir à une liberté nationale totale et à la non-ingérence de tous les acteurs étrangers au vu des défis économiques, politiques et sécuritaires actuels.

Les configurations économiques, sociales, militaires, sécuritaires et politiques émergentes dans l’Afrique de l’Ouest contemporaine ont de sérieuses implications pour les modèles contestés de relations internationales entre la France et ses anciennes colonies d’Afrique de l’Ouest. Il y a une avalanche de preuves de l’aspiration à l’intervention de nouveaux acteurs, États et partenaires de développement étrangers, non seulement au Mali mais dans l’ensemble de la région.

Face à la puissance économique croissante de la Chine, à l’expansionnisme militaire de la Russie et à la détermination croissante des peuples autochtones d’Afrique de l’Ouest pour le changement, l’emprise de la France sur la région devient de plus en plus vacillante. Un récent rapport sur les activités économiques en Afrique de l’Ouest révèle l’influence grandissante de la Chine. Le rapport révèle que la Chine a remplacé la France en tant que principal partenaire commercial dans la majeure partie de l’Afrique de l’Ouest (y compris la Côte d’Ivoire, le Mali, le Burkina Faso, le Togo et la République du Bénin), qui constituait autrefois une zone économique exclusive de la France. Les efforts économiques de la Chine dans la sous-région sont également significatifs dans les domaines des fonds de développement, du développement des infrastructures, des prêts et des investissements économiques.

En outre, la crise politique et sécuritaire actuelle au Mali a fourni un prétexte à l’assistance sécuritaire de la Russie, au mépris total des souhaits de la France. La crise de crédibilité à laquelle a été confrontée l’opération Barkhane de la France a été une cicatrice majeure pour la position de la politique étrangère de Macron au Sahel, mais a facilité l’intervention de la Russie. Les nouveaux dirigeants militaires du Mali collaborent avec la Russie dans leur tentative de restructuration de l’ordre politique et sécuritaire. Les récentes visites et promesses de soutien de Sergey Lavrov (ministre russe des affaires étrangères) en Afrique semblent donner les résultats escomptés. La Russie a répondu rapidement à l’invitation des chefs militaires du Mali et a fourni une assistance militaire. Le groupe Wagner, une société militaire privée vigoureusement soutenue par le gouvernement russe, est désormais actif au Mali et contribue à la lutte contre le militantisme islamique. Au-delà du Mali, la présence militaire de la Russie dans d’autres anciennes colonies françaises de la région, comme le Burkina Faso, se renforce également.

On ne sait pas si les luttes de pouvoir et les réalignements politiques actuels au Mali et en Afrique de l’Ouest fourniront aux autorités locales et nationales des raisons suffisantes pour reconstituer l’architecture économique, politique et sécuritaire de leur pays d’origine. Cependant, pour se réapproprier leurs territoires, ces pays doivent rechercher et mettre l’accent sur la non-ingérence dans toutes les sphères de leur vie nationale. Tous les traités séculaires inutiles ou les accords d’un genre nouveau susceptibles d’inciter les pays africains à s’engager mollement dans les relations internationales ou à négocier à partir d’une position de faiblesse doivent être annulés. La diplomatie économique doit être vigoureusement poursuivie pour libérer les pays africains de longues années de dépendance et de servitude douloureuses.

Dans le secteur de la sécurité, la sécurité humaine doit se voir accorder une priorité significative afin de stimuler une paix et un développement durables. En outre, les forces militaires nationales de la sous-région doivent être améliorées et préparées à faire face aux défis sécuritaires du XXIe siècle.

Les pays francophones d’Afrique de l’Ouest doivent affirmer leur souveraineté de manière à pouvoir négocier librement leurs priorités nationales avec tout État de leur choix, qu’il soit de l’Est ou de l’Occident.

 

Support The Pan African Review.

Your financial support ensures that the Pan-African Review initiative achieves sustainability and that its mission is shielded from manipulation. Most importantly, it allows us to bring high-quality content free of charge to those who may not be in a position to afford it.

You Might Also Like