Search
Close this search box.
The-panafrica-Final

Kenya : les difficultés des petites entreprises dans une approche ascendante de l’économie

590
Facebook
Twitter
Pinterest
WhatsApp

Le gouvernement Kenyan « Kwanza » de Ruto a mené sa campagne en promettant un modèle économique transformateur – l’approche “bottom-up” (ascendante). Selon le gouvernement, ce modèle vise à élever les Kenyans au bas de la pyramide économique, en particulier les micro, petites et moyennes entreprises (MPME). Cependant, alors que le gouvernement est confronté aux réalités de la gouvernance un an après son entrée en fonction, il semble que l’ambitieux plan économique se heurte à des difficultés considérables, ce qui compromet sa réalisation.

L’agenda économique ascendant repose sur six piliers : l’économie des micro, petites et moyennes entreprises (MPME) ; l’autoroute numérique et l’économie créative ; le logement et l’habitat ; les soins de santé ; l’agriculture ; et l’environnement et le changement climatique.

Selon le gouvernement, le modèle vise à réduire le coût de la vie, à créer des emplois pour les jeunes, à éradiquer la faim, à élargir l’assiette fiscale, à assurer une croissance inclusive et à améliorer le taux de change.

Dans ce plan, le président Ruto s’est engagé à allouer 50 milliards de shillings kenyans au secteur des MPME, donnant naissance au concept de “Hustler fund” (fonds pour tous), envisagé comme un mécanisme permettant d’accorder aux MPME des prêts accessibles et abordables à des taux d’intérêt peu élevés. Ce fonds vise à motiver les entrepreneurs en créant un environnement propice à l’essor des petites entreprises, ce qui, à son tour, favoriserait la croissance économique à partir de la base.

La promesse du gouvernement d’atteindre ces objectifs au cours de la première année de son mandat semble un peu trop ambitieuse. Réduire le coût de la vie, assurer la sécurité alimentaire, créer des opportunités d’emploi, élargir l’assiette fiscale et améliorer la balance des devises étrangères semblent aujourd’hui relever de l’utopie. En fait, les politiques économiques du gouvernement dirigé par M. Ruto contredisent ces mêmes promesses de campagne.

Les impôts élevés nuisent aux entreprises

Au grand dam des citoyens ordinaires, le gouvernement de kenyan a augmenté les impôts au lieu d'”élargir l’assiette fiscale”. L’introduction d’une taxe obligatoire sur le logement de 1,5 % et le doublement de la TVA sur le carburant, qui est passée de 8% à 16 %, sont quelques-uns des exemples les plus troublants.

Ces taxes élevées, qui ont affecté les entreprises et les consommateurs, ont suscité des critiques au sein du gouvernement du président Ruto. L’augmentation de la charge fiscale est particulièrement difficile pour les petites entreprises, ce qui entraîne des fermetures et des licenciements. La promesse d’un environnement économique favorable à tous semble être sapée par les politiques mêmes mises en œuvre par le gouvernement.

“En raison de la situation économique difficile, nous avons fermé boutique. À l’avenir, nous ne proposerons que des services en ligne”, peut-on lire dans un message publié sur les médias sociaux.

Wamboi Kuria, qui vend des vêtements pour hommes à Nairobi, est sur le point de fermer son magasin. Elle a fait de la publicité sur les réseaux sociaux pour son entreprise, en invoquant une situation économique difficile qui ne lui permet pas de rester à flot.

“Je vends mon magasin, entièrement approvisionné en tenues de ville et décontractées pour hommes, avec un stock d’au moins un million. Le loyer mensuel de ce magasin est de 50 000 KSh. Venez tous et achetez. Les difficultés économiques ne me permettent pas de maintenir ce magasin et d’autres pour l’instant. Envoyez-moi un texto si vous êtes intéressé à Nairobi”, a écrit Wamboi Kuria, ajoutant que les taxes d’importation élevées tuent les entreprises. Selon elle, la période 2022/23 a été la plus difficile en raison de ces taxes.

Dans de nombreuses régions du pays, le moral est bas, certains affirmant que le gouvernement est en train de créer une nation de pauvres, car des impôts élevés signifient absence d’épargne, pas de flux de capitaux, des entreprises qui ferment et des licenciements massifs.

Dans le Kenya d’aujourd’hui, les petites entreprises, souvent considérées comme l’épine dorsale de l’économie, sont en difficulté. Les rapports font état d’un nombre croissant de fermetures, attribuant l’environnement économique difficile à l’incapacité du modèle gouvernemental à traduire les promesses de campagne en avantages tangibles pour les Kenyans et les entrepreneurs des MPME.

Les données gouvernementales du service d’enregistrement des entreprises du Kenya indiquent que le nombre d’entreprises privées enregistrées a chuté à 26 au cours de l’exercice 2023/2024 par rapport à la même période de l’exercice précédent, où le nombre d’entreprises privées enregistrées s’élevait à 38.

Pour l’exercice en cours, au mois d’octobre 2023, le nombre de noms commerciaux enregistrés s’élève à 28 332, contre 29 222 pour la même période de l’exercice précédent. Le nombre d’entreprises ayant fermé boutique s’élève toutefois à 601, soit une légère baisse par rapport aux exercices 2021/22 et 2022/23 (873 et 725 respectivement). Cependant, les experts affirment que le nombre plus élevé d’entreprises fermées dans le pays au cours des exercices 2021/22 et 2022/23 est attribuable à l’impact du Covid-19.

Début février, la Fédération des employeurs kenyans (FKE) a publié un rapport indiquant que 70 000 Kenyans ont perdu leur emploi au cours de l’année écoulée, citant le coût des affaires dans le pays comme l’une des principales raisons de cette situation, qui, selon elle, a encore été exacerbée par la mise en œuvre de la nouvelle loi des finances. La Fédération a également averti que d’autres Kenyans risquaient de perdre leur emploi, tandis que d’autres pourraient perdre des revenus, les employeurs envisageant des réductions de salaire.

“Entre octobre 2022 et novembre 2023, nous avons perdu 3% (70 000) des emplois dans le secteur privé formel, et 40% des employeurs ont déclaré qu’ils prévoyaient de réduire le nombre de leurs employés pour faire face à l’augmentation des coûts d’exploitation au Kenya.”

La FKE affirme que la situation des entreprises dans le pays est aggravée par l’augmentation des coûts des entreprises résultant des mesures fiscales nouvellement introduites et des développements géopolitiques mondiaux tels que la guerre entre la Russie et l’Ukraine.

La FKE estime que certaines taxes doivent être revues, notamment la TVA sur les produits pétroliers, qui est passée de 8% à 16% pour les salariés, et l’impôt sur les sociétés, qui, selon la Fédération, a considérablement réduit le pouvoir d’achat des citoyens et les liquidités des entreprises.

“L’augmentation de la TVA sur l’essence a un effet régressif sur l’économie”, a déclaré la FKE.

Fonds Hustler

En outre, le “Hustler Fund”, présenté comme une bouée de sauvetage pour les MPME, est confronté à sa propre série de défis. Malgré la disponibilité des prêts, il y a un taux de défaillance significatif de 29%, qui est plus élevé que celui rapporté par les banques commerciales locales (15,4%). Cela soulève des questions quant à l’efficacité du fonds à soutenir une croissance durable des entreprises. En novembre 2023, le fonds avait déboursé 38,65 milliards de shillings pour environ 22 millions de Kenyans, le remboursement des prêts s’élevant à 27,88 milliards de shillings.

Les critiques affirment que l’accent mis par le gouvernement sur l’octroi d’une aide financière sans s’attaquer aux problèmes économiques sous-jacents peut être contre-productif. Lorsque nous parlons du fonds Hustler, “Mama Mboga” reçoit un prêt pour augmenter ses stocks, mais à qui vendra-t-elle si les poches des clients ont été vidées au point que les Kenyans dorment le ventre vide ? a demandé Edwin Sifuna, sénateur de Nairobi.

Le Fonds a également été durement touché par l’allocation budgétaire. Initialement, il devait s’agir d’un fonds renouvelable de 50 milliards de shillings kenyans, conformément à la promesse faite pendant les campagnes électorales. Cependant, il a été doté de 10 milliards de shillings au début de l’exercice financier en juillet 2023. Aujourd’hui, il a été réduit de 50 % dans le budget supplémentaire pour l’exercice financier en cours, ce qui signifie que seuls 5 milliards de shillings kenyans ont été alloués.

La réponse du gouvernement du Kenya Kwanza au ralentissement économique a suscité des réactions mitigées de la part des Kenyans. Si certains applaudissent les efforts déployés pour stimuler les MPME, d’autres estiment qu’une approche plus globale est nécessaire, notamment une réévaluation des politiques fiscales et une diversification de l’économie.

Les analystes estiment que le Hustler Fund a la capacité de changer l’environnement des petites entreprises, mais qu’il n’atteint pas l’objectif qu’il s’était fixé. Les taux d’intérêt peu élevés du fonds le rendent abordable, mais le faible montant des fonds déboursés est limitatif.

Pour Iraki, professeur associé à l’université de Nairobi, “le gouvernement du Kenya Kwanza peut choisir d’augmenter le montant que les gens peuvent emprunter et d’allonger la période de remboursement”.

Dans un récent discours sur l’état de la nation, le président Ruto a reconnu les défis économiques auxquels le pays est confronté, mais il est resté optimiste quant au succès à long terme du modèle économique ascendant.

Le succès du modèle économique ascendant dépend de la capacité du gouvernement kenyan à relever le défi des impôts élevés, qui entraînent des fermetures d’entreprises. Les Kenyans continuent d’attendre avec impatience que l’administration Ruto demande plus de temps pour tenir ses promesses.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Support The Pan African Review.

Your financial support ensures that the Pan-African Review initiative achieves sustainability and that its mission is shielded from manipulation. Most importantly, it allows us to bring high-quality content free of charge to those who may not be in a position to afford it.

You Might Also Like