The-panafrica-Final

Il ne revient pas aux dirigeants de choisir leurs successeurs

757

La volonté de répandre et d’enraciner les valeurs de la démocratie libérale en Afrique est à l’origine d’un discours dangereux. Les défenseurs de la démocratie suggèrent que la qualité d’un dirigeant devrait être mesurée en fonction de son intention et de sa capacité à choisir et à préparer son successeur. Toutefois, le désespoir des défenseurs de la démocratie face à l’échec de leur projet ne doit pas conduire à des mesures désespérées.

Les problèmes posés par cette suggestion devraient être évidents. Tout d’abord, le fait qu’un dirigeant choisisse et désigne son successeur nuit à l’émergence d’institutions fortes. Et c’est là que réside l’ironie : les défenseurs de la démocratie en Afrique demandent aux “grands hommes” en place depuis longtemps de nommer un successeur pour lequel ils devraient préparer le chemin vers la présidence. Dans le même temps, ils souhaitent voir émerger des institutions fortes pour éviter que les décisions les plus importantes de la société – comme le choix d’un dirigeant – ne soient prises par un seul individu puissant. Il est clair que le choix des successeurs par les dirigeants africains et la mise en place d’institutions fortes ne sont pas des procédés conciliables. Ainsi, si nous voulons que l’État de droit et les institutions soient les arbitres les plus puissants et que personne ne soit au-dessus d’eux, nous ne pouvons pas exiger en même temps que le prochain dirigeant soit ainsi choisi.

Deuxièmement, l’idée qui réduit la bonne gouvernance à la réussite de processus électoraux cycliques au cours desquels les dirigeants sont choisis puis soumis à des limites de mandat est la cause de l’échec du projet libéral en Afrique : son obsession pour des processus démocratiques qui ne produisent pas nécessairement des résultats démocratiques. Nous devrions convenir que la qualité d’un dirigeant devrait être mesurée en fonction de sa volonté d’améliorer la qualité de vie des personnes qu’il dirige.

Lorsqu’un bon dirigeant se présente, la priorité doit être d’assurer la durabilité de ses réalisations. La manière d’y parvenir doit être l’affaire des personnes concernées et de leurs dirigeants qui, ensemble, doivent faire le choix nécessaire.

Quoi qu’il en soit, au lieu de demander aux dirigeants africains en place de former des successeurs, les défenseurs de la démocratie devraient se concentrer sur le renforcement des institutions et le réclamer. Les raisons en sont simples : les institutions créent une culture de prévisibilité, de cohérence et de continuité autour des décisions et des processus dans l’espace public. En tant que telles, elles apportent un sentiment de sécurité et rassurent les citoyens sur ce qu’ils peuvent attendre de leur propre avenir et de celui de leurs enfants. Plus important encore, les institutions veillent à ce que les processus de succession se déroulent sans heurts et servent des intérêts bien plus larges que ceux du titulaire du poste.

Pour toutes ces raisons, elles ont besoin d’être renforcées. Elles ne tombent pas du ciel comme une manne. Elles ne peuvent pas non plus être importées ou données, ni même imposées. En fait, tout porte à croire que la longévité au pouvoir de dirigeants motivés par l’amélioration des conditions de vie de leur peuple est un facteur qui a contribué à l’émergence d’institutions fortes. Julius Nyerere en Tanzanie, Jerry Rawlings au Ghana, Lee Kwan Yew à Singapour ou Seretse Khama au Bostwana en sont de bons exemples.

Le devoir de leadership

Une direction qui n’a pas renforcé les institutions doit s’inquiéter de la durabilité de son projet. L’absence de prévisibilité dans les services et les processus menace le présent et l’avenir. Elle menace le présent parce que le temps qui aurait dû être consacré à l’instauration d’une culture de la prévisibilité est perdu. Elle menace l’avenir parce que tout ce qui a été réalisé ne peut résister à l’épreuve du temps sans le bouclier de la mémoire institutionnelle au sein de la société.

De même, il est important de créer une culture autour du processus de sélection des dirigeants. Par exemple, ce processus pourrait être conçu de manière à garantir que la personne qui va accéder au pouvoir soit correctement choisie, que ses actions une fois au pouvoir puissent être prévues à l’avance dans une large mesure et que les institutions puissent intervenir au moment où elle se comporte de manière contraire aux normes établies et attendues. Ce ne sont pas des décisions qui doivent être prises par un seul individu, aussi doué de sagesse soit-il. Même s’il est possible de faire les choses correctement une fois, il n’existe aucune garantie que le successeur fera preuve de la même sagesse. Un tel risque pourrait s’avérer trop coûteux, surtout lorsqu’il existe une alternative permettant à un dirigeant crédible d’émerger par ses propres mérites dans le cadre d’un système bien établi.

C’est ce qui se produit dans les systèmes politiques relativement stables, qu’il s’agisse de systèmes présidentiels (Tanzanie, États-Unis, France, Chine) ou de systèmes parlementaires (Royaume-Uni, Singapour, Corée du Sud).

Dans ces systèmes politiques, il existe des processus de sélection des dirigeants. L’idée est que les meilleurs candidats émergent après avoir été passés au crible.  Même lorsque le président en exercice a son candidat préféré, il doit le faire passer par les procédures de filtrage établies, car ces sociétés sont conscientes des dangers de la personnalisation du pouvoir.

Par conséquent, les défenseurs de la démocratie ne devraient pas attendre des dirigeants africains qu’ils fassent tout et appliquer ensuite des termes péjoratifs à ceux qui ont succombé à leurs faibles attentes.

L’objectif de la politique

Comme nous l’avons observé lors de la crise du leadership dans le monde, il ne suffit pas de mettre en place des systèmes de sélection des dirigeants pour s’assurer que les meilleurs émergent. Il est tout aussi important de garder à l’esprit l’objectif du leadership en particulier et de la politique en général.

Si nous comprenons le leadership comme un devoir, une responsabilité et non comme une occasion de jouir de privilèges, alors l’idée de travailler en synergie sera peut-être plus facile. Cela s’est avéré difficile en Afrique, peut-être parce que nous appelons cela le partage du pouvoir. Si le leadership était compris comme un partage des responsabilités, où l’exercice du pouvoir vise essentiellement à améliorer la vie des gens, alors l’adoption d’un modèle consensuel de démocratie dans lequel d’anciens ennemis politiques travaillent ensemble serait plus aisée.

C’est exactement ce qui a aidé le Rwanda. En effet, se rassembler et travailler ensemble dans le contexte post-génocide du Rwanda consistait davantage à partager le fardeau du leadership et de la responsabilité qu’à jouir de privilèges. Nos dirigeants ont compris que la meilleure façon de prévenir les crises était d’éradiquer les discriminations et les exclusions qui avaient conduit à la guerre civile et au génocide. Le Rwanda a donc recouru au modèle consensuel de la démocratie parce que travailler ensemble et s’élever au-dessus des intérêts partisans qui utilisent les partis politiques comme camouflage est le choix de principe en toute circonstance, et pas seulement une question de nécessité.

Il serait toutefois trompeur de suggérer que la démocratie consensuelle est un modèle unique pour le Rwanda. Une telle affirmation rend simplement possible et plus facile pour les critiques de le qualifier de dictature. La démocratie consensuelle existe dans de nombreux autres endroits en Afrique, même si les Africains hésitent encore à l’adopter totalement. La différence entre le Rwanda et les autres pays est que nous l’avons choisie comme modèle idéal de démocratie et l’avons inscrite dans notre constitution. Sinon, il existe d’autres formes de démocratie consensuelle qui se sont avérées utiles en temps de crise. Elles donnent généralement naissance à des gouvernements ad hoc d’unité nationale.

Le problème est qu’elles ne sont invoquées qu’en cas de crise. D’où la question suivante : si ces formes de démocratie consensuelle permettent aux Africains de sortir des crises, pourquoi ne pas trouver un moyen de les rendre permanentes (de les institutionnaliser) afin de ne pas avoir à attendre l’émergence d’une crise ? La démocratie consensuelle permet d’identifier les principes de base sur lesquels les gens doivent se mettre d’accord pour pouvoir travailler ensemble. Il est clair que la définition et la compréhension de ce qu’est la démocratie consensuelle ne sont pas complexes.

Dans le contexte africain, ces modèles consensuels devraient être faciles à établir puisqu’il n’y a pas de différences idéologiques entre les adversaires politiques potentiels. La preuve en est que les crises politiques sont invariablement définies selon des lignes ethniques ou d’autres bases particularistes. Même lorsque ceux qui fomentent ces crises s’organisent au sein de soi-disant partis politiques, ces entités n’ont pas de différences politiques. Elles forment des majorités sur la base de l’ethnicité et des coalitions ethniques au lieu de former des alliances autour de différences politiques. Cela alimente nécessairement les crises, car le parti en attente est en fait un groupe ethnique ou une alliance ethnique. Cette approche nourrit des institutions (culture politique) qui ne sont pas démocratiques et où le service au peuple n’est pas l’objectif de la politique.

Si la démocratie consensuelle est le bouclier approprié contre les politiques identitaires et les crises politiques, alors elle constitue un environnement approprié, une atmosphère sereine, pour nourrir les institutions et choisir les dirigeants. Mais en fin de compte, il ne peut y avoir d’incompatibilité entre ces trois éléments : le développement des institutions, le choix des dirigeants et l’objectif de la politique, qui est d’améliorer la qualité de vie des citoyens.

Facebook
Twitter
Pinterest
WhatsApp

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Support The Pan African Review.

Your financial support ensures that the Pan-African Review initiative achieves sustainability and that its mission is shielded from manipulation. Most importantly, it allows us to bring high-quality content free of charge to those who may not be in a position to afford it.

You Might Also Like