Search
Close this search box.
The-panafrica-Final

Guerre au Soudan : la catastrophe humanitaire est inévitable

719
Facebook
Twitter
Pinterest
WhatsApp

Le Soudan, un pays ravagé par la guerre, fait face à de nombreux défis, tels que les déplacements de populations et l’insécurité alimentaire. Cette situation catastrophique dans le troisième plus grand producteur mondial d’or signifie que le peuple soudanais subit les graves conséquences de la guerre civile et de l’instabilité politique qui sévit depuis le renversement d’El-Bechir en 2019.

En effet, la situation économique menaçante du Soudan est antérieure à la guerre civile en cours. Par exemple, la suppression des subventions pour le blé et la farine en février 2018, associée aux dévaluations consécutives de la livre soudanaise (SDG), a entraîné des pénuries de produits de base. En d’autres termes, la guerre n’a fait qu’aggraver la situation d’une économie déjà affaiblie. En conséquence, la crise économique a atteint un point critique, perturbant les services publics, avec un impact sur les activités agricoles et entraînant des hausses de prix spectaculaires.

L’or, les ressources pétrolières, l’agriculture et l’élevage sont les principales sources de revenus du pays. Mais la guerre a bouleversé tous les aspects de la vie du pays.

Il convient de noter que la mauvaise situation économique du Soudan est en partie due aux sanctions financières imposées par les États-Unis en 1997. En outre, la sécession du Sud-Soudan en 2011 a encore affecté l’économie, le Soudan ayant perdu 75 % de ses champs de production de pétrole, sa principale source de revenus.

Les déplacements sont une conséquence majeure de la guerre

Environ 6,3 millions de personnes ont été déplacées à l’intérieur et à l’extérieur du Soudan depuis la mi-avril, dont plus de 5 millions à l’intérieur du pays, selon les dernières données publiées par le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations unies (OCHA).

“A l’intérieur du Soudan, la situation humanitaire reste désastreuse en raison de l’escalade armée en cours et des pénuries de nourriture, d’eau et de carburant, des communications et de l’électricité limitées, et de l’inflation galopante. De plus, la guerre civile dans le pays a frappé les services de santé avec des pénuries significatives de médicaments et de fournitures vitales”, a déclaré le HCR.

Projections de croissance du PIB

En octobre 2023, le Fonds monétaire international (FMI) s’attendait à ce que le PIB du Soudan diminue de plus de 18 % en 2023 en raison de la guerre, soulignant que le conflit détruit les infrastructures et compromet l’accès aux services de base.

Le FMI prévoit une légère reprise de la croissance du PIB du pays de 0,3 % en 2024, mais plusieurs facteurs pourraient entraîner une nouvelle contraction de la croissance du PIB réel du pays, notamment les perturbations de la chaîne d’approvisionnement, les prix extrêmement élevés, le manque d’accès à des infrastructures solides, l’insécurité et le chômage.

“L’extrême pauvreté (35,7% de la population) et l’hyperinflation empêcheront la demande de réellement repartir en 2024. L’inflation, alimentée par la guerre, restera extrêmement élevée (à 3 chiffres), tandis que la Banque centrale continuera à monétiser le déficit public.”

En tant qu’indicateur économique important reflétant la santé et la performance globales d’une économie, la réduction de la croissance du PIB réel du Soudan continuera à se traduire par des impacts négatifs sur l’emploi, les niveaux de revenus de la population, l’investissement, les recettes du gouvernement et, en fin de compte, les dépenses publiques. Cette situation est préoccupante pour les décideurs politiques qui suivent de près la croissance du PIB réel afin d’évaluer les tendances économiques, de prendre des décisions politiques éclairées et de mettre en œuvre des mesures visant à stimuler la croissance si nécessaire.

L’inflation galopante est une menace réelle

L’inflation au Soudan est repartie à la hausse après avoir baissé en 2022 à 138,8 %, alors qu’elle avait culminé à plus de 359 % en 2021. En 2023, l’inflation dans le pays s’élève en moyenne à 256,1 %. Un taux d’inflation élevé signifie une érosion du pouvoir d’achat de la population et une augmentation du coût de la vie, avec des implications significatives pour l’économie et les moyens de subsistance de la population.

La gestion de l’inflation est une priorité essentielle pour le gouvernement soudanais, et la mise en œuvre de politiques monétaires et fiscales efficaces, l’amélioration de la stabilité économique et la résolution des problèmes structurels constituent des étapes importantes dans la lutte contre les pressions inflationnistes. Cependant, la mission pourrait être difficile dans le contexte de la guerre qui fait rage dans le pays.

La dépréciation de la monnaie locale est un frein colossal

Suite à la guerre civile en cours, la livre soudanaise est passée d’environ 565/1 USD à près de 600/1 USD d’avril à décembre, et l’on s’attend à ce que la livre soudanaise continue à baisser jusqu’à la fin de décembre 2023.

Pourtant, face à l’accélération de l’inflation, le pays a décidé de dévaluer la monnaie locale par rapport à d’autres devises fortes afin de stimuler la demande et de relancer l’économie.

Ironiquement, la dévaluation de la monnaie contribue à augmenter l’inflation, car elle rend les biens importés plus chers, puisqu’il faut plus d’unités de monnaie locale pour acheter le même montant de devises étrangères nécessaire aux importations. Par conséquent, les prix des biens importés et des matières premières augmentent.

L’insécurité alimentaire est une préoccupation importante

Dans le Soudan d’aujourd’hui, “la violence continue de s’étendre, ce qui pourrait plonger des millions de personnes supplémentaires dans la famine tout en rendant plus difficile pour les agriculteurs de produire des cultures de base essentielles car les prix des semences, des engrais et du carburant montent en flèche tandis que les chaînes d’approvisionnement et les routes commerciales pour le transport des marchandises sont perturbées”, a déclaré le Programme alimentaire mondial (PAM).

En attendant, les prix des denrées alimentaires au Soudan en 2023 sont 29 % plus élevés qu’en 2022 et 228 % plus élevés qu’il y a deux ans, ce qui alimente la flambée de l’inflation dans le pays. En juin 2023, 30 % de la population n’avait pas les moyens de payer les prix locaux des denrées alimentaires et, malheureusement, de nouvelles hausses sont attendues dans les mois à venir.

La classification intégrée de la phase de sécurité alimentaire (IPC) indique qu’environ 9,3 millions de personnes au Soudan ont besoin d’une aide humanitaire et souffrent d’insécurité alimentaire. Parmi elles, plus de 3 millions d’enfants de moins de cinq ans souffrent de malnutrition aiguë.

Environ 15 millions de personnes – 31 pour cent de la population – devraient être en situation d’insécurité alimentaire aiguë entre octobre 2023 et février 2024. C’est presque le double des 7,7 millions de personnes qui étaient en situation d’insécurité alimentaire aiguë entre octobre 2022 et février 2023. Cela signifie que le conflit et d’autres facteurs aggravants ont rendu 7,3 millions de Soudanais supplémentaires en situation d’insécurité alimentaire aiguë.

Le secteur agricole soudanais, qui est vital pour l’économie du pays, a subi les effets négatifs de la crise. Les conflits et les déplacements de population ont perturbé les activités agricoles et entraîné une baisse de la production agricole. Cette situation a contribué à l’insécurité alimentaire et à une dépendance accrue à l’égard des importations de denrées alimentaires, ce qui a exercé une pression supplémentaire sur l’économie et la monnaie.

En bref, la situation économique désastreuse du Soudan demeurera, voire s’aggravera, tant que la guerre se poursuivra. Tous les indices économiques indiquent une situation pire encore pour les personnes qui en subissent les conséquences, à moins que la guerre ne s’arrête et que les décideurs politiques ne commencent à s’attaquer radicalement aux impacts de la guerre, principalement sur le véritable atout du pays : la population.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Support The Pan African Review.

Your financial support ensures that the Pan-African Review initiative achieves sustainability and that its mission is shielded from manipulation. Most importantly, it allows us to bring high-quality content free of charge to those who may not be in a position to afford it.

You Might Also Like