The-panafrica-Final

Démocratie libérale – Les Africains peuvent survivre, pas prospérer

Le premier signe de cette escroquerie a été la promotion d'une démocratie qui répondait principalement aux besoins des marchés plutôt qu'à ceux des citoyens
858

La démocratie libérale a été vendue à l’Afrique comme une panacée contre les décennies turbulentes de mauvaise administration postcoloniale, une baguette magique qui, associée à la libéralisation économique, servirait également d’antidote à la pauvreté. Avec le multipartisme compétitif, les Africains ont obtenu des élections, mais pas de bons dirigeants. La libéralisation économique leur a permis de privatiser leurs économies, mais la plupart des gens sont restés au chômage et pauvres. Il s’avère que les promoteurs du libéralisme, tant dans le domaine économique que politique, ont fait des promesses excessives qu’ils n’ont pas pu tenir. Pourtant, ils n’ont pas eu l’humilité de dire la vérité et d’avouer qu’en fait, le programme qui promettait de catalyser les conditions de la prospérité était douteux. Il est désormais clair que son objectif était d’assurer la stabilité politique nécessaire dans un contexte de la poursuite de l’exploitation de l’Afrique.

Le premier signe de cette escroquerie a été la promotion d’une démocratie qui répondait principalement aux besoins des marchés plutôt qu’à ceux des citoyens. La démocratie a été définie de manière à atteindre deux objectifs. Le premier était la privatisation des entreprises publiques et parapubliques, ce qui impliquait de les vendre à ceux qui possédaient des capitaux, souvent des étrangers. L’autre objectif était de promouvoir la stabilité, ce qui devait permettre de protéger les capitaux introduits sous la forme d’investissements directs étrangers (IDE).

La poursuite de ces objectifs est également la raison pour laquelle il n’y a pas eu de volonté dans les milieux occidentaux de réfléchir à la nature violente de la politique de confrontation promue par le libéralisme et de promouvoir une alternative imprégnée de coopération entre les forces forces potentiellement rivales. Chaque fois que des élections sont contestées et violentes, la solution consiste à faire appel à des acteurs extérieurs pour assurer la médiation entre des parties mutuellement hostiles, à brandir la menace de sanctions (y compris l’inculpation d’acteurs clés devant la CPI) et à imposer des solutions qui ne s’attaquent jamais aux causes profondes de la violence. Celles-ci, comme nous le savons, comprennent la logique de la somme nulle qui sous-tend la politique de confrontation et la privation des Africains de leurs droits économiques. La priorité de ces interventions est d’empêcher la perturbation des entreprises étrangères et des marchés internationaux. En d’autres termes, ce qui compte vraiment, c’est la protection des investissements étrangers, et non la préservation des vies africaines ou le fait de s’attaquer à la racine de leurs griefs et d’y répondre. Plus récemment, les mêmes préoccupations se sont manifestées dans la rapidité avec laquelle les missions diplomatiques occidentales ont appelé au dialogue entre le président kenyan Ruto et la figure de l’opposition Raila Odinga, qui refuse toujours de reconnaître sa défaite électorale.

Tenez ! Lorsque le président Jacob Zuma est arrivé au pouvoir en Afrique du Sud, après l’éviction de son prédécesseur, Thabo Mbeki, il s’est lancé dans une tournée des principales capitales européennes pour rassurer les “marchés” sur le fait qu’il n’entreprendrait pas de changements structurels dans l’économie sud-africaine. Apparemment, les liens passés de Zuma avec le Parti communiste sud-africain et le Mouvement de la conscience noire ont rendu les marchés nerveux lorsqu’il est devenu évident qu’il se hisserait au sommet de l’ANC à la fin de l’année 2008.

Plus précisément, lorsque des conflits et des violences ont éclaté à la suite des élections présidentielles au Kenya en 2007, l’ancien secrétaire général des Nations unies, Kofi Annan, a été rapidement envoyé à Nairobi pour jouer le rôle de médiateur. Le sentiment d’urgence qui a présidé à cette intervention était inhabituel, car il n’avait jamais été observé auparavant dans des pays connaissant des crises post-électorales similaires. Le statut de Nairobi en tant que plaque tournante pour les entreprises multinationales et les organisations internationales rendait de telles perturbations inacceptables. “Nous ne pouvons pas permettre que cela arrive au Kenya”, a déclaré M. Annan. Les efforts de médiation en vue d’un accord entre Raila et Kibaki et l’invocation de la menace de la CPI à l’encontre des autres protagonistes, Uhuru Kenyatta et William Ruto, témoignent d’un intérêt sérieux pour la sécurisation des investissements dans ce pays et du coût élevé à cet égard pour quiconque voudrait prolonger l’instabilité. Le fait que les appels lancés par les Kenyans pour que justice soit rendue aux victimes des violences qui ont coûté la vie à environ 1 300 personnes soient restés lettre morte depuis le rétablissement de la stabilité met en évidence les véritables objectifs de l’intervention.

Dans le bloc économique de la CEDEAO, les élections se succèdent sans que les conditions de vie des populations ne s’améliorent beaucoup. Là aussi, les priorités restent les mêmes : veiller à ce que les entreprises occidentales poursuivent leurs activités habituelles, alors même que les anciennes puissances coloniales (France et Royaume-Uni) et leurs alliés exercent une influence indue sur la politique des pays membres, en particulier sur leurs politiques économiques.

En outre, lorsque la promotion de la démocratie libérale en Éthiopie a débouché sur une guerre civile, la catastrophe humanitaire pouvait bien durer aussi longtemps que les belligérants comprenaient qu’ils ne seraient pas autorisés à se battre à Addis-Abeba, la capitale qui, comme Nairobi au Kenya, est une plaque tournante pour les investissements internationaux et d’autres activités. Cette prise de conscience a servi de contexte plus large pour que les protagonistes répondent aux pressions en faveur d’une issue négociée au conflit qui avait déjà coûté la vie à des centaines de milliers d’innocents.

Démocratie ou stabilité ?

De ce qui précède, on peut conclure que la recherche de la stabilité qui permet aux capitaux étrangers de prospérer a coûté cher aux efforts de promotion de la démocratisation qui ne sont pas aveugles aux particularités locales, dans lesquelles les Africains ne sont pas traités comme des pions, mais plutôt comme les véritables bénéficiaires. Il en résulte un désenchantement généralisé à l’égard de la politique et des dirigeants politiques, précisément parce que ce les promesses faites n’ont pas été tenues.

La solution à tous ces problèmes est que les Africains définissent eux-mêmes la démocratie. S’ils l’avaient fait, ce serait probablement le type de démocratie qui apporte à la fois la stabilité et un bon gouvernement, et pas seulement la stabilité qui permet à leur exploitation de se poursuivre sans relâche. En d’autres termes, une démocratie digne de ce nom est ce que les Africains ont sacrifié au nom de la stabilité. La frustration qui en découle a poussé de nombreux Africains à chercher à échanger leurs votes contre des récompenses immédiates sous la forme de pots-de-vin. Ils savent que les périodes électorales sont le seul moment où ils peuvent obtenir quelque chose de la politique.

En fin de compte, la démocratie libérale qu’on leur avait promise s’est avérée excellente pour assurer une stabilité qui protège les capitaux privés étrangers dans leurs pays. Toutefois, la marginalisation des acteurs économiques locaux, la fuite des capitaux et le rapatriement des bénéfices qu’elle facilite signifient qu’elle n’a pas réussi, même de façon minimale, à relever les défis économiques de l’Afrique. Entre-temps, la consolation de l’aide n’a pas réussi à combler le vide et le désespoir résultant de ce que l’Afrique a dû abandonner dans ce marché de dupes. Ainsi, dans le cadre de la démocratie libérale dont ils ont été dotés, les Africains peuvent au mieux survivre, mais pas s’épanouir.

 

Facebook
Twitter
Pinterest
WhatsApp

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Support The Pan African Review.

Your financial support ensures that the Pan-African Review initiative achieves sustainability and that its mission is shielded from manipulation. Most importantly, it allows us to bring high-quality content free of charge to those who may not be in a position to afford it.

You Might Also Like