Search
Close this search box.
The-panafrica-Final

De la langue maternelle à la langue de l’enseignant : La diversité linguistique dans l’environnement éducatif de l’Afrique

585
Facebook
Twitter
Pinterest
WhatsApp

Traditionnellement, les mères sont connues pour passer plus de temps avec leurs enfants, en particulier au cours des premières années (0-3). C’est durant cette période que les enfants construisent les bases émotionnelles et acquièrent des compétences linguistiques qui leur serviront toute leur vie. Aujourd’hui, dans de nombreux foyers africains, en particulier dans les familles à revenus moyens et élevés, les aides-soignants, les nounous et les enseignants remplacent les parents, qui sont souvent engagés dans une carrière ou une activité professionnelle. Les psychologues ont étudié l’impact socio-émotionnel de l’absence des parents dans la vie des jeunes enfants, et les résultats de la recherche indiquent que les enfants élevés de cette manière ont tendance à devenir des adultes avec des défis émotionnels profondément ancrés, ce qui les handicape gravement de contribuer pleinement au progrès de la société. En outre, l’impact d’un environnement éducatif peu structuré pour les jeunes enfants se fait fortement sentir dans la formation des compétences linguistiques, en particulier en Afrique, où l’UNESCO estime que de nombreuses langues (autochtones) sont au bord de l’extinction.

Lorsque les autorités coloniales ont associé des châtiments corporels à l’utilisation de la langue maternelle dans l’environnement scolaire, on pensait que l’indépendance rétablirait un certain respect pour les langues autochtones d’Afrique. Ce ne fut pas le cas. Ce n’est que dans de rares cas que les langues autochtones ont été validées et vigoureusement promues après l’indépendance. Dans de nombreux cas, la langue imposée pendant le colonialisme, a été accueillie comme une langue nationale unificatrice. Bien qu’une certaine forme de langue nationale soit considérée par beaucoup comme une force centripète nécessaire au progrès de toute nation, elle pourrait devenir rétrograde lorsque les langues autochtones sont étouffées dans le processus de promotion d’une langue universelle pour l’ensemble de la population, en particulier lorsque cela est utilisé pour perpétuer l’impérialisme linguistique.

Si la lutte contre les langues africaines a été initiée par les autorités coloniales et maintenue par différents gouvernements africains après la période coloniale, elle est aujourd’hui volontairement et joyeusement menée par les familles et les communautés dans de nombreuses régions du continent. Dans de nombreuses grandes villes d’Afrique, il n’est plus rare que des bébés de trois mois passent au moins neuf heures par jour dans des crèches. Dans ces institutions, la langue d’enseignement est généralement la langue nationale ou régionale, qui est souvent une langue coloniale. Ces bébés grandissent en interagissant avec les personnes qui s’occupent d’eux, qui se métamorphosent rapidement en enseignants à mesure que les bébés grandissent. Fatigués et épuisés par une dure journée de travail, les parents viennent chercher leurs enfants et n’ont plus beaucoup d’énergie ni de patience pour de longues interactions idylliques dans les langues locales. Si certains parents font l’effort de parler leur langue maternelle à leurs enfants, beaucoup n’en voient pas l’utilité et préfèrent entretenir des conversations avec leurs enfants dans la “langue de l’enseignant”. Parmi les nombreuses autres raisons avancées, les parents affirment que le fait de parler à leurs enfants dans leur “langue d’enseignant” leur permettrait de s’épanouir plus facilement à l’école.

Lorsqu’un parent reste à la maison plus longtemps que les quelques mois de congé parental moyens, il est souvent pressé d’inscrire ses enfants dans des écoles “maternelles” afin qu’ils “commencent à apprendre tôt”. Ces parents bien intentionnés ignorent souvent que l’éducation la plus importante pour un enfant de moins de 3 ans est l’apprentissage socio-émotionnel, qui se fait le mieux dans le cadre familial. Fébrilement préoccupées par le fait que leur enfant est à la traîne par rapport à celui de la mère qui travaille, les mères “au foyer” se dépêchent également d’envoyer leurs enfants à “l’école”, tronquant ainsi l’apprentissage socio-émotionnel, le lien et la sécurité de l’enfant.

Les psychologues ont établi que l’exposition précoce des jeunes enfants aux rigueurs et au stress d’un programme trop académique entraîne des problèmes de stress et de santé mentale, les poussant à abandonner l’école à un âge précoce, ainsi que d’autres conséquences (encore plus graves) sur le plan de la santé mentale, émotionnelle et de la santé physique. Lilian G. Katz, professeur émérite d’éducation de la petite enfance à l’université de l’Illinois, explique : “Si l’enseignement formel précoce peut sembler donner de bons résultats aux tests dans un premier temps, à long terme, dans les études de suivi, ces enfants n’ont bénéficié d’aucun avantage. Au contraire, surtout dans le cas des garçons, le fait d’être soumis à une instruction formelle précoce augmente leur tendance à s’éloigner des objectifs de l’école et à l’abandonner, que ce soit mentalement ou physiquement”.

À première vue, l’Afrique copie et aspire à ce que l’Occident possède aujourd’hui : la technologie, la puissance économique, le système politique ainsi que les infrastructures et les ressources éducatives. Cependant, pour ce qui est de suivre les principes qui ont valu au monde occidental sa place dans la communauté des nations, l’Afrique semble aller dans la direction opposée. Depuis des siècles et jusqu’à aujourd’hui, de nombreuses mères caucasiennes (blanches) américaines et européennes choisissent de passer un temps considérable à la maison lorsque leurs enfants ne sont pas en âge d’aller à l’école. Plus récemment, les pères ont rejoint les mères, permettant à leurs épouses de faire carrière tandis qu’ils restent à la maison pour fournir les bases essentielles à l’éducation d’enfants qui réussiront. Bon nombre des scientifiques, entrepreneurs, artistes, éducateurs, médecins, chercheurs et technologues que nous connaissons aujourd’hui en Occident le sont devenus parce qu’ils n’ont pas été envoyés à l’école avant l’âge de 3 ans. Ils ont été élevés par au moins un parent présent, et leur sens de l’identité a été scellé avant qu’ils ne soient exposés au dur environnement non familial de l’école.

L’expression dans la langue maternelle est profonde et spontanée. La spontanéité de la communication a été associée à une augmentation exponentielle de l’innovation et de la créativité. Le musellement des langues autochtones d’Afrique est lié, entre autres, au faible niveau d’innovation et de productivité dans les sphères sociales, politiques et économiques de la région. Les individus, les communautés et les gouvernements d’Afrique feraient bien de remettre l’accent sur l’éducation d’enfants qui se sentent profondément liés à leur environnement et à la réalité. Ce sont ces enfants qui, en grandissant, éprouveront un sentiment si intense d’unité avec leurs racines qu’ils chercheront à transformer leurs communautés et leurs nations pour le meilleur.

 

Support The Pan African Review.

Your financial support ensures that the Pan-African Review initiative achieves sustainability and that its mission is shielded from manipulation. Most importantly, it allows us to bring high-quality content free of charge to those who may not be in a position to afford it.

You Might Also Like