Search
Close this search box.
The-panafrica-Final

Cher OTAN : La Russie n’a pas créé le panafricanisme !

681

 “Un partenaire critique des États-Unis en Afrique du Nord-Ouest se tourne vers la Russie, malgré les avertissements du plus haut commandant américain sur le continent selon lequel les Russes essaient de “prendre le contrôle” de toute la région du Sahel en Afrique. C’est ainsi que débute l’un des nombreux articles et analyses dénonçant la récente décision du gouvernement nigérien d’expulser l’armée américaine du pays. Dans le traité de 1 200 mots publié sur CNN, pas un seul paragraphe, pas une seule phrase ou expression n’a pris la peine de reconnaître le fait matériel qu’un État souverain a pris une décision en matière de politique étrangère à laquelle il était en droit de prendre – encore moins d’examiner quelles pourraient avoir été les raisons de cette décision.

Tout le message que les rédacteurs américains de l’article ont jugé bon de communiquer à leur public était que la région sahélienne de l’Afrique n’est que le théâtre d’un nouvel épisode de la routine Tom et Jerry entre l’Oncle Sam et le Comte Vlad, vieille de plusieurs décennies. Selon ce récit, les principaux changements de politique étrangère qui se produisent en Afrique aujourd’hui se résument à la victoire de la Russie sur les États-Unis et leurs alliés de l’OTAN, alors que les deux gorilles de 800 livres poussent 1,2 milliard de pièces d’échecs africaines à forme humaine sur l’échiquier géopolitique planétaire entre les deux formations belligérantes des pays qui comptent vraiment.

En lisant le récit occidental, comme dans l’article mentionné ci-dessus, on pourrait penser qu’une confrontation de type crise des missiles de Cuba a lieu entre les États-Unis et la Russie à propos de l’Afrique, nos différents pays ne servant guère plus que de toile de fond esthétique à la guerre froide du 21e siècle qui se déroule actuellement. Ce n’est qu’après avoir lu plusieurs fois des articles de ce type que l’on se rend compte que, dans les 1 200 mots évoquant le spectre de la “prise de contrôle” d’un pays du Sahel par les Russes, pas une seule mention n’est faite du fait qu’il n’y a aucune preuve d’une quelconque présence militaire russe au Niger.

L’histoire réelle est beaucoup plus prosaïque

Si l’on ramène l’hystérie à son essence, elle se résume à deux choses : les États-Unis semblent perdre leur influence militaire au Sahel et la France, alliée fiable des États-Unis, perd rapidement la mainmise économique, politique, militaire et culturelle qu’elle exerçait autrefois sur 14 pays africains liés par l’accord dit de la “Francafrique”. Selon le raisonnement occidental, la seule raison pour laquelle ces deux choses pourraient se produire simultanément est qu’une main invisible guide les événements dans cette direction.

“Quelle autre raison pourrait justifier de tels événements ? S’agirait-il d’Africains exerçant leur souveraineté pour prendre des décisions de politique étrangère conformes à leurs propres intérêts et aspirations ? Certainement pas, car qui a déjà entendu parler d’une notion aussi fantaisiste ? Non, il faut absolument que ce soit la Russie et la Chine, mais surtout la Russie. En fait, seulement la Russie. Oui, cela doit être la Russie. C’est Vladimir Poutine qui est derrière tout ça”.

En réalité, après avoir été traitée pendant des décennies comme un simple ralentisseur organique légèrement irritant entre l’économie mondiale et les ressources naturelles, la population de l’Afrique a changé de manière spectaculaire. Tout d’abord, une nouvelle génération de Millennials (Génération Y) et de Zoomers (Génération Z) a largement remplacé la génération post-indépendance sur le continent. L’âge médian en Afrique est actuellement de 19 ans, ce qui en fait de loin la population la plus jeune de la planète. En soi, cela change la donne et perturbe considérablement la perception extérieure du statu quo en Afrique.

Ces centaines de millions d’adolescents et de jeunes adultes vivant à l’ère de l’information à Niamey, Lusaka, Dakar, Goma et Dodoma ont accès à l’internet à haut débit bon marché et à des smartphones Android à 60 dollars, ce qui leur a donné le même accès à l’information et les mêmes attentes que leurs contemporains à Bologne, Saskatchewan, Marseille et Stavanger. Si la génération d’Africains qui a suivi l’indépendance a été confrontée à l’asymétrie de l’information au niveau mondial, ce qui a freiné ses attentes et l’a rendue plus encline à accepter un statu quo imposé de l’extérieur, ce n’est absolument pas le cas de ses successeurs.

Le fait que les Africains prennent des décisions politiques conformes à leurs propres intérêts et aspirations a toujours été considéré comme “radical” et comme un signe d’implication communiste par les vieux sages de Paris et de Washington D.C. Ils doivent maintenant comprendre que le seul mystère est que ces changements géopolitiques ont même pris autant de temps à se produire.

Un adulte nigérien né en 2005 qui a eu accès toute sa vie à la connaissance accumulée de l’humanité via un smartphone n’a pas besoin d’un Russe pour lui dire que quelque chose ne va pas du tout avec la Francafrique. Il peut voir que le Niger a de l’uranium qu’il exporte à bas prix depuis des décennies alors qu’il a des problèmes d’électricité, et que la France n’a pas d’uranium mais de l’énergie nucléaire en excès alors qu’elle importe de l’uranium du Niger pour quelques centimes au cours de la même période. Il n’y a pas besoin de Vladimir Poutine pour lui dire que la relation économique entre le Niger et la France est au mieux unilatérale, voire carrément parasitaire.

Une Malienne née en 1999 a grandi en voyant son pays dans un “partenariat de sécurité” ou un autre avec les États membres de l’OTAN, et pourtant l’insécurité et le terrorisme n’ont fait que s’aggraver progressivement et se répandre dans tout le pays au cours de la même période. Elle n’a pas besoin d’un devin russe pour lui dire que quiconque ne fait pas partie de la solution doit, en fait, faire partie du problème. L’idée que les Africains ne peuvent parvenir à de telles conclusions et agir en conséquence que si Vlad au long nez le leur souffle à l’oreille est un cliché raciste et fastidieux du discours occidental. Il est facile de reconnaître qu’il s’agit de la même école de pensée qui a conduit P.W. Botha, premier ministre de l’Afrique du Sud à l’époque de l’apartheid, à affirmer que “la plupart des Noirs sont heureux (sous l’apartheid), à l’exception de ceux à qui d’autres idées ont été insufflées à l’oreille”.

Sur l’ensemble du continent, on assiste à une tempête parfaite de démographie extrêmement jeune et d’accès généralisé à l’information et à la communication bon marché, ce qui a créé un paradigme africain qui n’accepte pas que l’Afrique soit condamnée à être éternellement pauvre ou qu’elle joue le rôle de vassal politique de qui que ce soit. Par conséquent, le panafricanisme a pris un nouveau souffle, car il est la seule idéologie politique et économique qui offre une voie durable vers l’avenir, ce qui constitue le contexte des récents événements géopolitiques.

D’ailleurs, le panafricanisme en tant qu’idéologie politique n’est pas une sorte d’opération d’influence russe ; il est même antérieur à la révolution russe. Le Congrès national africain (ANC) d’Afrique du Sud et l’Association pour l’amélioration des Noirs unis et la Ligue de communautés africaines  (UNIA) de la Jamaïque, tous deux issus de l’éthique panafricaine, ont été fondés respectivement en 1912 et 1914. La révolution russe, qui est à l’origine de tout ce que l’on peut reconnaître dans l’État russe d’après la Seconde Guerre mondiale, a eu lieu en 1917. Le désir fondamental de liberté, d’autodétermination et de prospérité économique est et a toujours été présent en Afrique, comme dans toute autre société humaine.

La liberté et la souveraineté africaines ne sont pas une création russe.

Les vieilles habitudes ont la vie dure

Bien entendu, cette paréidolie et ce manque de sincérité n’ont rien de nouveau, comme le savent tous ceux qui ont suivi le comportement de l’OTAN après la Seconde Guerre mondiale. Au cours des 70 années qui se sont écoulées depuis que des bureaucraties massives, secrètes et n’ayant aucun compte à rendre sont devenues la norme au sein de l’alliance, l’utilisation de la Russie comme  bouc émissaire universel a donné lieu à des scénarios très intéressants, même au niveau national. Parfois, c’est le sénateur américain Joseph McCarthy ou le directeur du FBI J. Edgar Hoover qui a ruiné des dizaines de vies en les accusant – sans aucune preuve – d’être communistes pendant l’ère dite de la « peur rouge » ou l’époque de la chasse aux sorcières communistes. À d’autres moments, les services de renseignement et les services répressifs de l’alliance de l’OTAN consacraient des décennies et des centaines de millions de dollars à des opérations d’espionnage caricaturales et exagérées visant leurs propres citoyens dans l’hypothèse, hilarante et improbable, où ils pourraient collaborer avec la Russie.

En 2011, il est apparu que la police métropolitaine de Londres avait ordonné à des agents infiltrés de s’introduire dans des groupes de protestation écologistes et d’établir des relations intimes avec des figures féminines clés de ces groupes afin de découvrir qui en était l’instigateur. Certaines de ces malheureuses femmes ont même fini par avoir des enfants pour leurs “maris” – dont un certain nombre se sont avérés être des hommes déjà mariés. Si les États membres de l’OTAN sont prêts à espionner illégalement et à traumatiser à ce point leurs propres citoyens dans le but d’établir l’existence d’un lien matériel (inexistant) avec la Russie, il n’est pas surprenant que les récits des médias étrangers promus par ces États soient tout aussi paranoïaques, réducteurs et étroits d’esprit.

Le véritable problème qui se cache derrière cette façon fondamentalement erronée de voir le monde ne réside pas dans l’existence de la Russie, de la Chine, de l’Irak, de la Syrie, de l’Afghanistan ou de tout autre épouvantail que l’empire de l’OTAN a invoqué avec le même effet au cours des 70 dernières années. Le problème réside, en fait, au sein de l’OTAN lui-même, et plus précisément dans son complexe militaro-industriel tentaculaire et caverneux, qui ne rend de comptes à personne. Lorsque votre plus grand outil – certains diraient même votre seul – est un pistolet chargé, vous finirez par trouver des raisons de tirer régulièrement. Et quelle meilleure excuse y a-t-il pour que le doigt de l’Américain crispé presse la gâchette que d’invoquer n’importe quelle itération du 21e siècle de la peur qui existe ?

Il y a une vingtaine d’années, cette arme a trouvé des raisons de se décharger sur l’Afghanistan, puis sur l’Irak – malgré l’absence du moindre soupçon de preuve suggérant que l’une ou l’autre de ces aventures militaires aurait dû avoir lieu. Le chaos qui s’en est suivi a fini par devenir une manne financière de 20 ans pour ces mêmes forces qui tentent maintenant d’utiliser les mêmes tactiques pour fabriquer un prétexte inexistant pour un engagement militaire hostile en Afrique. Cette fois-ci, les bases d’une action militaire de l’OTAN ou d’un changement de régime violent dans et autour du Sahel sont construites sur l’idée fatidique que la Francafrique est en train de s’effondrer parce que Poutine est en train de manipuler le Sahel.

Les Africains ayant une certaine influence dans la définition de l’agenda continental ou dans la formation du discours populaire doivent, pour leur survie personnelle, résister vigoureusement à tout effort visant à réduire les événements et les changements politiques sur le continent au récit profondément trompeur selon lequel “Poutine l’a fait”. Dans un monde où 1,2 milliard d’Africains sont considérés comme rien de plus que des cônes de signalisation organiques dans un monde contrôlé par le minuscule groupe des pays qui comptent vraiment, nous nous devons d’éviter de favoriser ou de nous aligner sur tout récit qui cherche à nous priver de notre libre arbitre.

Facebook
Twitter
Pinterest
WhatsApp

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Support The Pan African Review.

Your financial support ensures that the Pan-African Review initiative achieves sustainability and that its mission is shielded from manipulation. Most importantly, it allows us to bring high-quality content free of charge to those who may not be in a position to afford it.

You Might Also Like